31 janvier 2009

Lettre à Darian Sahanaja

Cher Darian, je ne sais pas si tu te souviens de moi, je suis le connard qui s'est pointé avec 1/2 heure de retard quand tu as joué avec Brian Wilson à l'Olympia. Oui, oui, le mec qui a fait lever la moitié du dixième rang pour aller s'asseoir en plein milieu de "Time To Get Along" (et juste avant que Brian soit pris d'une quinte de toux pendant "God Only Knows"). Je suis content que tu me remettes. Je me permets de t'écrire parce que j'ai croisé des camarades à toi vendredi soir du côté de St Ouen, et, sans... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 16:02 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

29 janvier 2009

Martyn en voyage

Un jour de novembre 2000, j'achète Q Magazine pour tuer le temps dans l'Eurostar qui me ramène vers la Gare du Nord. Ce n'est pas en raison de l'artiste qui figure en couverture, mais pour le CD qui l'accompagne : une compilation estampillée "Essential Chill Out" et qui brasse sans complexe les époques : Kinobe, Fairport Convention, Moloko, Nick Drake, Grandaddy, Talk Talk... Aucun inédit, mais un choix de titres très pertinent. Et une révélation à la clé : Solid Air de John Martyn. Le son du vibraphone m'évoque... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 20:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 janvier 2009

Cosmo 2009

C'est une maladie dont les symptomes me sont familiers. Si elle n'a jamais pris chez moi des proportions inquiétantes, beaucoup de mes amis en sont frappés à des stades différents. Régulièrement, ils me tiennent au courant de son évolution : je passe des disques au Mxxxx ce soir à partir de 21h00, si tu veux passer prendre un verre... On a tendance à la traiter un peu à la légère, mais je considère vraiment la deejayite comme le mal du siècle. On n'en mesurera la gravité que dans quelques années, quand les danseurs seront tous passés... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 janvier 2009

Cinéphile à domicile

Je regarde des films n'importe comment. Je ne respecte aucune sorte de logique, de chronologie ou de thématique. C'est souvent le dernier enregistré qui passe en premier, au grand dam de ceux qui s'entassent depuis des semaines à côté du magnétoscope. Ce qui ne les empêche pas de briser régulièrement la loi de l'arbitraire à laquelle je les soumets et de tisser des liens entre eux, même si je suis parfois le seul à les voir. J'ai eu l'occasion de voir Babel juste après avoir terminé la saison 3 de Heroes, et j'ai trouvé dans... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 janvier 2009

Berri soit qui mal y pense.

Difficile de ne retenir de Claude Berri qu'un seul film. Dimanche soir, la Une diffusait Tchao Pantin, que j'aurai pu revoir à la lumière de son histoire secrète dévoilée l'an dernier. Mais c'est un Berri moins connu que j'ai choisi : Sex Shop.  Parce que c'est son film le plus musical (Jean-Claude Vannier, qui signe les arrangements pour Gainsbourg, y est à son sommet, et Berri en 1972 n'a jamais autant ressemblé à Bertrand Burgalat aujourd'hui), et aussi parce que c'est un de ses plus comiques, notamment en raison de la... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
17 janvier 2009

Mon Bagge préféré

Avant d'entamer le cycle des Buddy Bradley, qui aura mis plus de 10 ans à être intégralement adapté en français, je me demandais dans quelle mesure cette référence de la bande dessinée indépendante américaine n'avait pas pris un méchant coup de vieux. Est-ce que j'avais vraiment envie de réecouter mes vieilles cassettes de Tad et Mudhoney ? Heureusement, l'oeuvre de Peter Bagge est bien plus qu'un document sur les années grunge : c'est surtout une invraisemblable comédie à tiroirs, bardée de seconds rôles délirants  :  le... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 janvier 2009

Calmos à moelle

Jusqu'ici, la secte des disciples de Jean-Pierre Marielle était divisée en trois ordres : ceux qui avaient vu Calmos, ceux qui en avaient entendu parler, et ceux qui vivaient dans l'ignorance. Benjamin m'avait mis dans la confidence, peut-être même avait-on envisagé de visionner ensemble le divx réalisé d'après une antique vhs, mais rien ne s'était concrétisé. Jusqu'à ce que Ciné Cinéma Club lâche la bête vendredi soir. Et je dois reconnaître que le long-métrage oublié de Bertrand Blier est à la hauteur de sa réputation : sulfureux,... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
05 janvier 2009

Playmates

Si la paresse m'avait conduit, après un top 5 des concerts que j'ai ratés, à publier un classement des groupes dont je regrette de ne pas avoir parlé en 2008, les Mates of State auraient figuré en bonne place. Et même si Garrincha a récemment publié un article partant du même constat, je ne peux que repasser une couche derrière lui. Mates of State, le meilleur duo pop américain actuel. Le plus immédiat, le plus irrésistible, le plus attachant. Je ne sais pas combien de fois j'ai pu écouter "My Only Offer" depuis que je l'ai... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
04 janvier 2009

Une question de sensibilité

Il y a des mélodies auxquelles je suis programmé à obéir. Celle-ci me suit depuis longtemps. La première fois que je l'ai entendue, c'était sur un 45 tours édité par un label de Bristol : le groupe s'appelait The Fieldmice, le titre "Sensitive". Ce qui est merveilleux, c'est que le fait qu'elle s'étire assez copieusement ne prive absolument pas du plaisir de la réentendre immédiatement. Et même si The Fieldmice est également l'auteur d'autres tremblements de terre dans un mouchoir de poche, aucun n'est jamais parvenu à... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 01:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 janvier 2009

Seth de coeur

Même si sa participation reste du stade de l'anecdotique, c'est peut-être l'unique bonne surprise de la saison 3 de Heroes. Si je l'ai reconnu depuis le coup d'oeil, et malgré une barbe fournie, c'est que j'ai tous les jours sous les yeux une figurine le représentant. En 1999, il était partout : à la fois à l'affiche de LA comédie américaine de l'année et de LA série incontournable du moment. Après un tremplin pareil, qui aurait cru que Seth Green disparaîtrait aussi vite des écrans ? Dans Buffy contre les vampires, cet... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]