19 janvier 2009

Berri soit qui mal y pense.

Difficile de ne retenir de Claude Berri qu'un seul film. Dimanche soir, la Une diffusait Tchao Pantin, que j'aurai pu revoir à la lumière de son histoire secrète dévoilée l'an dernier. Mais c'est un Berri moins connu que j'ai choisi : Sex Shop.  Parce que c'est son film le plus musical (Jean-Claude Vannier, qui signe les arrangements pour Gainsbourg, y est à son sommet, et Berri en 1972 n'a jamais autant ressemblé à Bertrand Burgalat aujourd'hui), et aussi parce que c'est un de ses plus comiques, notamment en raison de la présence de Jean-Pierre Marielle. Pas le représentant de commerce grivois des Galettes de Pont-Aven ni le gynéco misogyne de Calmos, mais le chirugien-dentiste échangiste. Qui peut batifoler en blouson Teddy sans craindre le ridicule ? Qui, à l'aide d'un balais, met plus d'ambiance en boîte que David Guetta ? Qui peut en remontrer à Sean Connery en matière de torse poilu ? Le même.

sexshop

Pour tout Mariellophile averti (et j'ai l'impression que ce blog en réunit quelques-uns), Sex Shop est un régal. Le réalisateur ne s'est pas trompé en lui offrant pratiquement 10 minutes de one-man show ininterrompues. Et quand il est servi par un texte à la hauteur de son truculent talent, Marielle est vraiment le meilleur comédien français. C'est Rabelais en sous-pull. Ma tirade préférée ? Difficile de choisir. J'aime beaucoup : "Ma fraise est très douce" et "Mon cher Claude, j'ai deux passions dans la vie: la sexualité de groupe et les maisons normandes", mais j'ai aussi un faible pour : "Ca me rappelle le Mécano que mon père m'avait offert pendant la guerre. C'était un numéro un. J'arrivais tout juste à construire une petite grue avec. Alors au cours de l'année, comme j'étais toujours parmi les dix premiers, mon père me rapportait des boîtes de pièces supplémentaires. Et bien vous me croirez si vous voudrez, mais au bout de deux ans, avec mon Mécano, en plus de la petite grue, j'arrivais à construire deux gratte-ciels de vingt-deux étages, chacun relié par une passerelle. Et bien l'amour, c'est pareil. C'est une question de nombre. Plus il y a du monde, et plus l'édifice est grandiose".

Sex Shop n'est certainement pas le film le plus profond de Claude Berri, et je crois que je préfère ses long-métrages autobiographiques comme Mazel Tov ou le mariage ou Le cinéma de papa. Il offrira son plus beau rôle à Jean-Pierre Marielle quelques années plus tard dans Un moment d'égarement. Ensuite, j'ai un peu décroché. Mais je retiens de lui cette image d'entrepreneur passionné et inquiet qu'il incarne à merveille dans son quatrième film. J'ai toujours une pensée pour lui chaque fois que je traîne du côté de la rue Saint-Denis. Y demande t-on toujours "L'éducation d'un chérubin" ou "La braguette magique" ? Y croise t-on encore Claude Piéplu en uniforme ou Catherine Allégret en train de faire le trottoir ? J'ai bien peur que non. Heureusement, les années passent et les films restent. Chaque année, je renouvelle ma fidélité à ce Sex Shop et à ses murs oranges. Prenez-moi pour un pervers si vous le voulez, mais j'y prends mon pied. Dites que vous venez de ma part et le meilleur accueil vous sera réservé. 

Posté par philippe dumez à 09:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Berri soit qui mal y pense.

    "Sex Chop" c'est comme "calmos" ça fait bien longtemps que je ne l'ai point vu... "Un moment d'égarement" un bon Berri aussi, en plus de Marielle je me souviens de la poitrine d'Agnés Soral qui à l'âge où j'avais vu ce film m'avait causé une certaine émotion...

    Posté par M.Pat, 20 janvier 2009 à 23:46 | | Répondre
  • Mais où vont les les poussières ?

    Haaaa ! Oui, SAIXE CHOP. La grande claque quand je suis tombé dessus du haut de mes 12 ans. Je commande le DVD tiens.

    Posté par Automne, 21 janvier 2009 à 08:18 | | Répondre
  • J'avoue un faible pour "Je vous aime" (avec Gainsbourg acteur et compositeur de la BO).

    Posté par rom, 21 janvier 2009 à 12:15 | | Répondre
  • Chic Berri

    Bel hommage...
    J'ai une petite préférence pour celle-ci :
    "L'amour on devrait vous apprendre ça à l'école, à partir de la sixième, 2 heures par semaine, comme la gymnastique".
    Notons que 5 ans plus tard Marielle aura quelques répliques d'anthologie dans "On aura tout vu" de Lautner (1976) ou il interprête face à Miou Miou et Pierre Richard un producteur de films pornos (Avec Renée St-Cyr et Henri Guybert en prime!) :
    http://www.dailymotion.com/video/xtyt1_on-aura-tout-vu-hc_fun

    Posté par Tuco, 21 janvier 2009 à 14:09 | | Répondre
  • Merci Tuco pour ce formidable lien... Toutes ces discussions ont rappelé à ma mémoire l'existence de "l'entourloupe" aventures de VRP dans le marais poitevin avec Marielle comme responsable.
    J'ai eu l'heureuse surprise de voir qu'un DVD existait (3,77€ sur amazon)mais on peut aussi avoir un aperçu ici :
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/l%2527entourloupe/video/x2z9da_lentourloupe-1980_fun

    Posté par M.Pat, 22 janvier 2009 à 09:41 | | Répondre
  • Philippe, sans lien direct, bien que je sois un admirateur de Marielle, j'ai bien reçu ton Status Update. Drôle & touchant. Merci de l'envoi.

    ( je n'ai plus ton mail, ceci expliquant cela. )

    Posté par yannick b, 22 janvier 2009 à 15:13 | | Répondre
Nouveau commentaire