27 décembre 2009

Top 10 des objets chinés en 2009

En 2009 à nouveau, j'ai passé le plus clair de mes week-ends de printemps et d'automne à chiner. Je suis parfois parti bien loin pour revenir bredouille, tout comme j'ai aussi déniché la perle rare à quelques centaines de mètres de chez moi. J'ai examiné à la loupe la moindre annonce et j'ai établi de véritables campagnes Napoléoniennes. J'ai crapahuté dans tous les coins. J'ai hésité et marchandé. Et si je garde mes meilleurs adresses, je vous livre une liste tout à fait subjective d'objets absolument inutiles mais qui ont tous fait mon bonheur au-delà de toute espérance.

10. Début 2009, je ne savais plus à quel saint me vouer. J'en avais marre de la besace façon sac-de-dj, mais je ne savais pas par quoi la remplacer. Un cartable ? Une sacoche ? Une gibecière ? J'ai fini par opter par le bête sac en tissu, celui que je réservai  jusqu'ici à usage uniquement sportif. Et le plus beau que j'ai trouvé, c'est certainement celui aux couleurs de la sauce au soja préférée des amateurs de makis californiens.

kiko
9. Même si j'ai rapporté du Japon d'affriolantes chemisettes country délicieusement vintage, niveau t-shirt de Tezuka, c'était plutôt la Berezina. J'avais cherché bien loin ce qui se trouvait en bas de chez moi : un Astro Boy manches longues qui a déteint dès le premier lavage mais que je ne porte jamais sans une certaine fierté.

astro
8. Après l'avoir enregistré un peu par hasard sur ARTE, j'étais loin de me douter que je croiserai une seconde fois la route de Noi Albinoi, film un peu OVNI qu'on doit à Dagur Kari, disciple Islandais de Jim Jarmush (pour le goût de l'absurde). Non seulement il existait en DVD, mais en plus son acheteur voulait s'en séparer à vil prix : j'allais donc pouvoir perpétuer sa légende sans fortune débourser.

noi
7. J'héberge un sur-consommateur de jeu de sociétés. Il n'a pas encore 6 ans, mais il ne met pas plus d'une partie à comprendre des règles réservées aux plus de 8 ans. Alors, toutes les semaines, je cherche à assouvir son appétit de jeu. J'ai acheté Labyrinthe, Pit, Pictureka, Coco Crazy, Bakari, Ramses II, Rummy, Crôa... mais la palme revient cette année je crois à Prof Cradingue, un jeu de questions-réponses allant du scientifique au mauvais goût en un coup de dé.

cradingue
6. J'ai pendant des années été boudiné dans des blousons trop courts sans poche intérieure et il m'a fallu un intense travail psychologique avant d'envisager de passer à autre chose, sans savoir que cet autre chose, ça pouvait être une veste, effet que je réservai jusqu'ici aux cérémonies et commémorations.  Jusqu'à ce que ce spécimen 50% Polyester aux manches un peu trop courtes change tout. Depuis, je n'ai pas arrêté d'en acheter, sans que jamais la préférence que je lui accorde ne soit égalée.

veste
5. Je me suis déjà répandu à son sujet, mais je ne taris pas déloges au sujet de ma bonne vieille platine CD des familles, celle qui prend tout dans son tiroir, de la galette jaunissant non remasterisée au spécimen vérolé de l'horrible  copy-control. Comment ai-je pu penser qu'un jour, j'arriverai à vivre sans elle ?

CD
4. Pour l'inventivité de sa maquette, pour l'exhaustivité des sujets abordés, pour le choix des illustrateurs, pour son concept aussi fumeux qu'excitant ("le grand livre des secrets les mieux gardés du monde"), pour l'épais cartonnage qu'il faut ouvrir avant de pouvoir prendre l'ouvrage entre ses mains, Ne pas ouvrir (Editions Milan) est incroyable. Il y a à peu près une idée de long-métrage hollywoodien à chaque page, et le livre en contient pas moins de 260. Autant dire que les enfants ne sont pas prêts d'en voir la couleur...

secrets
3. Quand j'ai acheté pour la première fois ce livre, je me suis dit qu'aucun éditeur français n'aurait jamais la folie de le traduire vu qu'il est difficile de savoir à qui il s'adresse vraiment. Je l'ai trouvé au milieu d'ouvrages pour enfants, mais je ne suis toujours pas sûr que c'est à eux que s'adresse Splendeurs et misères d'une starlette de poulailler (Calman-Lévy), une série de portraits qui est beaucoup moins innocente qu'elle ne le paraît. Rien que pour la minutie de la reconstitution de chaque scène, ce livre est incroyable.

poussin
2. Je n'ai pas trop compris ce qui avait motivé la personne qui me l'a vendu à se séparer d'un livre qui contient plus de 150 recettes de desserts tous plus étouffe-chrétiens les uns que les autres. Echapper à la tentation ? Punir un mari infidèle ? Je n'avais pas fini de le feuilleter que je ne savais déjà plus où donner de la tête. Shortbread ? Toffee Cake ? Pumpkin Pie ? De tous les points de vue (iconographie, traduction), I Love Cake (Marabout) est un régal.

cake
1. Acheter un accessoire pour téléphone portable est le comble de l'inutile pour un garçon qui n'en possède toujours pas. Ce qui ne m'a absolument pas empêché d'acquérir pour un euro symbolique ce sympathique buste destiné à servir de rangement pour un combiné portatif. Evidemment, quand j'ai découvert qu'on pouvait aussi y insérer la télécommande de la télévision, ça a été une révélation à coté de laquelle celle de l'invention du fil à couper le beurre demeure une anecdote dans les marges de l'Histoire, la vraie, celle avec un "H" majuscule. Comme celui de Han Solo.

dark

Posté par philippe dumez à 21:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Top 10 des objets chinés en 2009

    Tiens toi non plus tu n'as jamais eu de portable ? ? On pourrait ne pas s'appeler plus souvent.

    Posté par F, 28 décembre 2009 à 13:48 | | Répondre
  • je confirme : je t'ai vu cette année avec 1/ ta veste beige 2/ ton sac en toile

    Posté par marcassin, 30 décembre 2009 à 00:13 | | Répondre
Nouveau commentaire