06 janvier 2010

2000-2010 : 10 disques à tirer de l'oubli

La décennie qui s'est terminée a été à la fois étourdissante et impitoyable : car internet, tel Janus, dévore les enfants qu'il vient de mettre au monde.  A peine un groupe a t-il été découvert que un autre a déjà pris sa place dans le cœur des bloggeurs. Je plaide coupable à la barre des accusés : si mon appétit demeure intact, ma concentration diminue d'année en année et j'ai l'impression de survoler les disques que j'écoute. Pour ma défense, j'aimerai soumettre une liste de 10 disques promis à l'oubli moins de 10 ans après leur parution. Certains ne sont déjà plus disponibles, et deux d'entre eux ne l'ont même jamais été. Mais la place qu'ils occupent dans mon Panthéon personnel n'a jamais été remise en question. Evidemment, cette sélection est aussi arbitraire que lacunaire, et si je devais la refaire demain, j'en choisirai certainement 10 autres. Mais en attendant, aujourd'hui, ce sera ceux-là.

1. Songs : Ohia : Ghost Tropic (2000)

ghsot_tropic
Si Jason Molina a sorti beaucoup de disques ces dernières années, c'est pourtant vers un album paru en 2000 que je reviens régulièrement : Ghost Tropic. Pochette noire, pas de titre au dos, pas de code-barre : c'est certainement son œuvre la plus intransigeante et la plus désespérée. Deux titres, en dépassant les 10 minutes, franchissent un seuil où seuls Labradford et Low avaient oser d'aventurer.

2. Hayden : Skyscraper National Park (2001)

skyscraper
Je n'avais pas été boulversé par les débuts de Hayden : par contre, à partir de l'album à l'élan, sa discographie a pris un second souffle, jamais démenti sur la longueur. Un son plus boisé,  des chansons plus lumineuses (souvent épaulées par Howie Beck, le Elliott Smith Canadien) et toujours cette voix languissante qui est devenue sa marque de fabrique.

3. André Herman Düne : Brother Morphine (2002)

ahd
Sous des appellations d'origine incontrôlées, André Herman Düne  a sorti pas moins de 10 albums en 2002, tous sous la forme de CD-R. Ceux signés Klaus Bong et John Trawling sont excellents, mais c'est peut-être vers celui constitué de reprises que va ma préférence : au milieu de titres signés Stina Nordenstam, Edith Frost ou Pram, the-artist-presently-known-as-Stanley Brinks y livre des versions définitives de "Smalltown Boy" et "O Superman".

4. The Sleepy Jackson : Lovers (2003)

sleepy
En 2003, Luke Steele n'était encore que ce mélodiste surdoué qui avait décidé de sonner comme Georges Harrison produit par Jeff Lyne et qui glissait, au milieu de pop-songs parfaites, des moments de poésie bouleversants ("Morning Bird"). Il n'avait pas encore mis en chantier son album concept Personality : One Was a Spider, One Was A Bird ni le projet faramineux Empire of The Sun. Il était juste comme Beck à ses débuts : trop doué pour être honnête.

5. The Bees : Free The Bees (2004)

free_the_bees
Il n'y a rien à jeter dans la discographie des Bees, groupe qui, faute d'avoir inventé le fil à couper le beurre, fait le meilleur beurre d'Angleterre. A l'ancienne, à la baratte, en tournant la manivelle à la main. Leur sommet, c'est peut-être le deuxième, Free The Bees, qui présente les Small Faces au Specials. Ils auraient vraiment mérité d'être un peu plus connus.

6. Peter & The Wolf : Lightness (2005)

lightness
Un inconnu débarque de nulle part avec un premier album qui frôle la perfection. Sur les 16 chansons qui composent Lightness, il y a au moins 12 classiques incontournables qui auraient dû procurer à Red Hunter, leur auteur, la sécurité de l'emploi pour les années à venir. Cinq ans plus tard, il en est toujours réduit à vendre directement ses Cd-R via Myspace et s'en contente parfaitement. Le dernier artiste vraiment alternatif ?

7. Ben & Bruno : 100 Grim Reapers (2006)

benandbruno
L'année d'après Peter & The Wolf, deux anonymes rééditent le même miracle : un digipack 100% homemade distribué par correspondance comportant les chansons les plus émouvantes entendues depuis le premier album des Palace Brothers. Et exactement comme Peter & The Wolf, l'affaire en reste là : pas de réédition officielle par un label ayant pignon sur rue, pas de véritable suite, pas de tournée. Un vrai mystère.

8. Cass McCombs : Dropping The Writ (2007)

dropping
Après s'être évertué à brouiller les pistes sur ses deux premiers albums, Cass Mc Combs dévoile son jeu sur Dropping The Writ en reprenant l'histoire là où Alex Chilton l'a laissée à la fin de Sister Lovers. Pas moins. Il aurait dû être la révélation de 2007 : mais peu sont ceux qui ont eu le courage de dépasser l'épreuve de la pochette (horrible) et du premier titre (qui est le moins intéressant du lot). Il n'est jamais trop tard pour lui redonner sa chance.

9. Melpo Mene : Brings The Lions Out (2008)

melpo_mene
Si le titre peut faire penser à celui d'un album de The Sound (From The Lion's Mouth), tout chez Melpo Mene n'est que douceur. Dans le genre, c'est la plus belle découverte que j'ai pu faire depuis l'inusable premier album de Rhonda Harris. Je l'ai acheté plus d'un an après sa parution, et je ne m'en suis plus séparé. J'ai souvent l'impression d'entendre la neige tomber en l'écoutant, même en plein cœur de l'été.

10. The Low Anthem : Oh My God, Charlie Darwin (2009)

thelow
Je tirai une gueule de 100 pieds de long vu que je venais de rater le concert de Yaya, et je suis allé assister à celui  de The Low Anthem, que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam, la mort dans l'âme. Pourtant, quelques chansons plus tard, j'étais bouche bée devant le chaînon manquant entre les Fleet Foxes et Giant Sand  : soit le résumé de 20 ans d'Americana à son sommet. Heureusement que j'ai raté Yaya finalement car j'aurai pu passer à côté.

Posté par philippe dumez à 21:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur 2000-2010 : 10 disques à tirer de l'oubli

    andre herman dune

    salut ,

    sais tu où l'on peut se procurer les cd d'andre herman dune qu'il a sorti entre 99 et 04 , ils semblent édité sur un label "cd radical baboon" mais impossible d'en savoir plus ?? ( à partir de 2005 c'est d_y records qui éditent les albums de AHD puis ceux de Stanley Brinks ( voir :http://byrecords.com/fr/artists/ahd-andre-herman-dune ) .

    merci pour ton blog

    Louis

    Posté par Louis, 15 janvier 2010 à 13:41 | | Répondre
  • Merci

    Pour Hayden...et Ben and Bruno que j'ai découvert sur ton blog !!!

    Posté par Albanmono, 22 janvier 2010 à 10:23 | | Répondre
Nouveau commentaire