24 octobre 2009

Transi devant Transat

Si j'étais lecteur de ce blog, je me serai depuis longtemps adressé le reproche suivant : "Mais bordel, pourquoi tu n'as jamais parlé de Transat de Aude Picault, alors que c'est certainement LE LIVRE DE L'ANNEE" ? Et je me serai répondu sur ce ton : "Cher Philippe, tu as raison et je ne suis qu'une merde. Transat est probablement, avec Ma vie mal dessinée, l'album qui m'a le plus touché depuis le début de l'année. Et pourtant, il y a peu de temps encore, je ne donnais pas cher de la bande dessinée autobiographique. Depuis la sortie du séminal Journal d'un album, j'en ai abusé, jusqu'à m'en lasser. Et c'est une des raisons pour lesquelles je me suis tourné vers le manga : parce qu'il a comblé un manque fictionnel longtemps resté inassouvi.

transat1
Si Transat est important, c'est aussi parce qu'il marque une progression depuis Papa. S'il abonde de questions aussi existentielles, c'est cette fois-ci avec plus de recul, et une légereté qui, à mon sens, faisait cruellement défaut au précédent ouvrage. Le sensibilité est toujours à fleur de peau : mais le traitement, beaucoup moins à vif, reflète la sérénité de l'auteur qui, graphiquement, se situe encore au-dessus de tout ce qu'elle a signé jusqu'ici. Et c'est quand elle aborde l'inabordable (dessiner la mer sur 10 doubles-pages d'affilée, avec pour contrainte la plume et le noir et blanc) que Aude Picault sidère. L'effet obtenu est aussi ébouriffant qu'une bourrasque.

transat2
Voilà donc mon cher Philippe ce que j'aurais pu écrire au sujet de Transat si j'avais été un peu plus sérieux. Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir été impatient de l'acheter. J'ai même failli quitter le concert auquel j'étais en train d'assister pour foncer avant la fermeture du Virgin Megastore afin d'en acquérir un exemplaire, urgence que j'ai reporté au lendemain. Est-ce que c'est parce que j'ai été autant impressionné que j'ai laissé passer des mois avant d'en parler ? Ne me suis pas plutôt laissé séduire entre temps par quelque éphémère chimère, releguant Aude à plus tard ? Tu m'as heureusement fourni l'occasion de mettre un terme à ce silence honteux. Et peut-être même que, d'ici la fin de l'année, je prendrai aussi la peine de parler de A Mountain Of One, certainement ma découverte de cette année ? Allez, chiche. Mais une seule chose à la fois...

Posté par philippe dumez à 19:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Transi devant Transat

    Transat bof

    J'aime tellement Aude Picault, j'ai tellement aimé Moi,je et Papa que j'en aimais même ses pages dans Voici et dans Tchô. Par contre, franchement, Transat m'a déçu. Je l'ai trouvé trop superficiel justement, vraiment très "nenette de la ville à la conquête de la mer"... C'est exactement le genre de livre qui m'exaspère dans l'autobiographie. Je m'en veux d'être dure ainsi, mais de lire plusieurs personnes qui disent qu'avec Transat elle se surpasse, je proteste !
    Son dessin est cependant toujours magnifique, même si j'étais davantage séduite par le côté plus brut des premiers livres, là je le trouve presque trop élégant.

    Posté par Julie, 25 octobre 2009 à 18:41 | | Répondre
Nouveau commentaire