08 mai 2009

Les Dushku de minuit

Il est des expériences télévisuelles qui laissent des traces indélébiles : avoir été inscrit pendant 6 années à l'université de Sunnydale est l'une d'entre elles. Et même si je n'ai jamais eu l'occasion de revoir un seul épisode de Buffy depuis la fin de la septième saison, j'ai toujours été curieux de voir comment Josh Whedon allait rebondir après ça. J'ai supporté les 5 saisons de Angel et je suis allé aussi loin que j'ai pu dans Firefly. J'ai même vu le film (enfin, pas tout, je dois avouer que j'ai dormi à certains moments), et je frissonne chaque fois que je lis la moindre news à son sujet. Ressusciter Buffy semble le cadet de ses soucis (alors que pourtant, il y viendra : mère de famille, elle sera rappelée aux affaires devant l'imminence d'une nouvelle Apocalypse dont Tara ressuscitée sera l'instrument), alors en attendant, il tente de se renouveler avec Dollhouse. Mais, 10 ans après Buffy, est-ce que je suis encore capable de me laisser avoir par une bonne série à l'ancienne, pré-estampillée Trilogie du samedi ?

dollhouse

Une héroïne sexy, inconsciente des pouvoirs qui sont en elles, fait équipe avec un protecteur plus âgé qu'elle. Si elle accomplit tous les jours des miracles, c'est dans l'ombre d'un danger non identifié mais qui se rapproche d'elle inexorablement, et qu'elle devra vraisemblablement affronter dans l'épisode final de la saison 1. Sur le fond, on ne peut pas dire que Dollhouse se démarque beaucoup de Buffy. Mais le plus intéressant, c'est certainement moins ce qu'est la série que ce que l'on en attend. Car après s'être fait balader dans l'espace pendant la saison 1 de Firefly, n'est-ce pas un retour aux sources qu'on cherche avant tout ? Le choix de confier le rôle principal à Eliza Dushku n'est certainement pas innocent puisque qu'elle légitime la filiation entre les deux séries. A la fin de chaque épisode de Dollhouse, sa mémoire est effacée : mais le spectateur, lui, n'a pas oublié l'interprète de Faith, dont elle n'a perdu ni la combativité, ni l'instinct de survie.

Moi, par contre, je ne sais pas encore si je vais à nouveau me faire avoir. Replonger dans une série des années 90  la fin des années 2000 ? Acheter des t-shirts officiels trop grands et les porter sous une veste ? Ne pas sortir les figurines de leur emballage pour ne pas perdre les accessoires qui vont avec ? Je ne suis pas sûr. Mais j'attends encore un peu avant de prendre ma décision. Un featuring de Spike et je ressigne immédiatement.

Posté par philippe dumez à 00:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Les Dushku de minuit

    bravo pour le titre, magnifique !

    et sinon, tant mieux que dollhouse ne soit pas signé pour une seconde saison. c'est d'une médiocrité indigne de josS whedon (pourquoi tout le monde s'acharne-t-il à l'appeler josH ?).

    Posté par Nora, 08 mai 2009 à 00:33 | | Répondre
  • dollbouse (oui bon...)

    Il manque vraiment de la profondeur à cette série, des personnages qui donnent envie, parce que là, ça marche vraiment pas.
    il faut dire que le pitch de base était plutôt casse gueule...

    Posté par regis, 08 mai 2009 à 03:13 | | Répondre
  • Autres trucs

    J'ai bien aimé "Docteur Horrible Sing Along blog" ( http://drhorrible.com/ ) mais je n'ai pas tout vu au moment de la diffusion gratuite et maintenant il faut installer iTunes (et payer) pour le voir. J'ai commandé le DVD mais il traîne.
    Mon frère prétend que les comics récemment scénarisés par Whedon sont super.

    Posté par Jean-no, 08 mai 2009 à 12:03 | | Répondre
Nouveau commentaire