01 mai 2009

Quelqu'un Mahdi

La première fois que je l'ai entendu, j'ai tout de suite su que cette voix m'était familière.  Ce n'est pas un hasard : son chevrotement l'inscrit dans une lignée qui, de Mark Mulcahy à Clem Snide en passant par Michaël Stipe, m'a toujours donné des frissons. Ainsi Madhi, vraisemblablement sans les avoir jamais écoutés, reprenait leur flambeau vacillant. Lors du casting, il avait choisi le tube des  Connells qu'il avait débarrassé de son embonpoint pour l'enrober de douceur. A ce stade, préciser qu'il est aussi bien bâti et d'un charisme évident n'est pas utile : sa seule voix lui a déjà assuré la qualification pour le Trianon.

mahdi

Et puis Mahdi, c'est aussi celui qui, l'année dernière, avait sauté du train en marche : alors qu'il avait déjà passé brillamment les premières épreuves de sélection (avec une chanson de... Tool), il avait pris la porte du jour au lendemain, sans donner d'explication. Il en donnera à peine plus pour justifier son retour : il sous-entend juste que cette fois-ci, il n'a plus le choix, sans qu'aucun membre du jury ne cherche à en savoir plus. Que s'est-il passé dans la tête de ce Marseillais d'origine Marocaine pour qu'il accepte tout à coup de se plier aux règles du jeu ? Il enchaîne les épreuves (Indochine, Jason Mraz, Stevie Wonder...)  avec les félicitations du jury. Jusqu'à la semaine dernière, où il déçoit avec une chanson de Khaled. La suivante, il change son fusil d'épaule avec un tube de Lenny Kravitz, sans toutefois convaincre dans la peau d'un rocker. Est-ce le début de la fin ? C'est pire que ça : l'élimination pure et simple. Le public lui a préféré un petit coiffeur à bout de souffle, un patapouf qui kiffe Cabrel et un sous-Seal.

Avec le départ de Mahdi, c'est La nouvelle star qui reprend ses droits : les chanteurs disparaissent derrière les phénomènes de foire, dont l'espérance de vie ne dépasse souvent pas le cadre de l'émission (si, comme moi ,tu as aperçu Amandine dans un spécial Starmania, tu sais de quoi je parle). Le principal intéressé n'en semblait pas dupe mardi soir. Mais a t-il été bridé par l'émission comme il le sous-entend, ou au contraire lui a t-elle permis de forger son identité ? Une visite sur sa page myspace donne des éléments de réponse :  aucun des ses titres originaux n'a malheureusement le charme de ses reprises. J'ai l'impression que, sans La nouvelle star, je n'aurai jamais fait attention à lui, et que j'aurai du mal à retrouver ce que j'ai entrevu, et qui n'était certainement que le phantasme que je projetais sur lui. Alors Mahdi, un feu de paille ? Il donnait en tout cas envie de croire en lui. Et de réécouter les Connells, qu'il part rejoindre au firmament des étoiles filantes.

Posté par philippe dumez à 00:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Quelqu'un Mahdi

    merci de me faire découvrir que Tool a été repris à la nouvelle star... Et cette résurrection des Connells, je me rappelle avoir acheté l'album avec "74-75" dans un carrefour... Un plaisir coupable qui était en fait juste un plaisir tout court. Il était pas mal cet album, presque du Death Cab for Cuties un peu plouc. Faudra que je le remonte dans ma discothèque parisienne.

    Posté par M.Pat, 01 mai 2009 à 01:39 | | Répondre
  • J'y ai pas cru à celui-là

    Je préfère le patapouf (et les deux filles, elles sont pas mal, et puis le mec copié sur Berberian, il est mauvais mais il a l'ai sympa aussi ; le florent Pagny gothique est pas mal aussi à sa façon). Le garçon coiffeur est à la fois très doué et insoutenable à voir, ou à la rigueur dans une reprise de Liza Minnelli par Palais Schaumburg. Quand j'ai entendu Mahdi chanter "Aïcha" je me suis dit que j'allais arrêter de regarder la nouvelle star, subir une chanson aussi mauvaise et sans potentiel (même des doués comme les gagnants des trois dernières éditions n'eussent rien tiré de cette bouse) des années après qu'on ait réussi à la gommer de sa mémoire est nerveusement difficile à supporter.

    Posté par Blogueurinfluent, 01 mai 2009 à 21:39 | | Répondre
Nouveau commentaire