18 février 2009

Essie soit-il

L'année commençait comme une répétition de la précédente : Islands, The Wave Pictures ou Ra Ra Riot repassaient, et j'hésitais à y retourner. Non que leur précédent passage m'ait déplu, bien au contraire : mais je me demandais s'il ne valait pas mieux rester sur un très bon souvenir plutôt qu'aller au devant d'une possible déception, juste parce que l'effet de surprise n'est plus là. Et pourtant, Essie Jain. Alors que je n'ai pas écouté son nouvel album et qu'elle écarte d'emblée le splendide "Haze" suite à un problème technique. Peut-elle vraiment se dispenser de sa plus belle chanson ? Quelques minutes plus tard, un spectateur la lui réclame à  nouveau, et elle ne se fait pas prier. Ouf. On l'a échappé belle. Un concert de Essie Jain sans "Haze", c'est un peu comme un jour sans soleil. 

essie

Irréelle avec ses grands cheveux blonds à la Joni Mitchell circa 1968 et son timbre de chanteuse lyrique, la new-yorkaise brise d'emblée la glace. Souriante, elle plaisante volontiers, au sujet du carnet Moleskine qui lui sert de pense-bête comme au sujet du multi-instrumentiste qui l'accompagne et auquel elle a à peine laissé le temps d'apprendre son répertoire. Elle rend hommage à la Blogothèque avant d'interpréter "Understand", un morceau qu'elle venait de terminer juste avant d'être filmée par la caméra de Vincent Moon. Elle joue "Do It" en souvenir d'un spectateur qui le lui avait désespéremment réclamé lors de son précédent passage et qui n'est peut-être pas là ce soir, promet au moins deux fois que c'est le dernier morceau et revient pourtant. Comment la laisser partir sans entendre "No Mistake", le morceau qui clôturait We Made This Ourselves ? Et comment ai-je pu envisager de me soustraire au spectacle de sa grâce ? Quand Essie Jain finit de chanter, même les oiseaux de mauvaise augure ont le bec cloué. 

Photo : Diana.Wong

Posté par philippe dumez à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Essie soit-il

Nouveau commentaire