11 octobre 2009

Prince-fesses.

C'est plus fort que moi, mais je garde toutes mes places de concert dans une boîte à chaussures. Même les contremarques FNAC. Au-delà du simple souvenir, c'est aussi tout ce qui est attaché au concert qui m'intéresse : le logo du partenaire radio, le nom de la première partie (quand il est indiqué, ce renseignement étant la plupart du temps ramené à la formule "plus guest") et le prix, fatalement. Vendredi dernier, j'ai fait partie de ceux qui ont pris d'assaut le site de la Fnac dans l'espoir d'attraper une place pour le concert de Prince au Grand Palais. Entre 11h00 et 11h05, je n'ai cessé de rafraîchir mon navigateur dans l'espoir d'accéder au système de réservation. J'ai fini par y parvenir, pour me rendre compte qu'il ne restait plus que des places à 149 euros pour dimanche soir. 149 euros ? J'ai quand même hésité avant d'appuyer sur "continuer". Même Steely Dan ne m'avait pas couté aussi cher.

prince_3
Evidemment, le temps de réfléchir, les derniers sièges avaient disparus. Je n'étais même pas déçu : après tout, c'était aussi bien. J'avais acheté quelques jours plus tôt un ticket pour aller voir Jonathan Richman  au Café de la Danse contre la somme de 26,40 euros, soit 1/6 du droit d'entrée au Grand Palais.  Prince est-il six fois plus important pour moi que Jonathan Richman ? Certainement pas. Mais la vérité était au fond de la boite à chaussures : Prince, Paris Bercy, samedi 13 juin 1987, 165 francs. Prince, Lovesexy Tour, dimanche 10 juillet 1988, 165 francs. Prince, Parc des Princes, samedi 16 juin 1990, 175 francs. En vingt ans, alors qu'au bas mot, ses disques sont 6 fois moins intéressants qu'avant, voir Prince coûte 6 fois plus cher.  Alors, à partir de maintenant, ce sera sans moi. Mais s'il veut passer pour l'aftershow à la maison, j'essaierai de lui faire une petite place. Pas trop tard par contre, quand même...   

Posté par philippe dumez à 19:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Prince-fesses.

    Depuis quelques temps, l'unité monétaire en vigueur pour moi, c'est Herman Dûne : combien de fois pourrais-je aller voir les frangins avec l'argent que me coûterait telle ou telle place ? A ce petit jeu, beaucoup de perdants : je n'irai pas voir Pierre Henry la semaine prochaine (4 Herman Dûne...).
    Même si c'est vrai que cette valeur monétaire a subi une légère dévaluation depuis quelques années...

    Posté par toniduran, 13 octobre 2009 à 14:11 | | Répondre
  • Pour moi, l'unité monétaire est encore plus simple, on appelle ça : Un carton d'invitation...

    Posté par pradoc, 14 octobre 2009 à 16:22 | | Répondre
  • je crois que je t'ai battu pour Jojo. Dans la file un type (ne connaissant ni l'artiste ni la salle) nous a revendus ses deux invitations pour 30 euros.

    Posté par étienne g, 15 octobre 2009 à 11:12 | | Répondre
  • Un doux parfum de nostalgie

    Moi mes tickets je les rangeais méthodiquement (qui a dit "maniaquement"?) dans les boitiers cassettes puis dans les boitiers CD et comme ça je les revoyais régulièrement en écoutant les albums. Encore un petit plaisir que je n'ai plus avec les mp3.
    Signé : un raleur.

    Posté par Tuco, 23 octobre 2009 à 14:26 | | Répondre
Nouveau commentaire