16 juin 2007

L'ombre du Zogre

Je ne vous ai jamais parlé de l’addiction que j’ai développé envers les livres pour enfants. Non seulement parce que je dois en lire jusqu’ à trois tous les soirs pour pouvoir espérer regarder une série tranquille, mais aussi parce que j’ai beaucoup d’admiration pour les illustrateurs qui renouvellent ce genre encore gangrené par des mauvaises adaptations de Walt Disney éditées par France Loisirs ou les horreurs estampillées Nicole Lambert. J’en achète beaucoup sur les vide-greniers parce que les enfants passent vite à autre chose et... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2007

Une soirée entre gentlemen

Le concert commence par le son d’un cloche : celle que tient à bout de bras une jeune femme aux longs cheveux noirs vêtue d’une robe très près du corps qui dévoile un de ses bras et lui donne des faux airs de dresseuse de lions. Elle fend la foule tout en carillonnant et monte sur scène réveiller ses deux compagnons : ils sont allongés et immobiles, comme frappés d’un profond sommeil. Le set des Victorian English Gentlemens Club va pouvoir commencer. La bassiste, entièrement habillée de noir, a tracé une croix blanche avec de la bande... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 21:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2007

Publicité bien ordonnée commence par soi-même

Comme personne ne me pose la question, voici ce que j'ai fait entre mon départ de la Blogothèque et le début de ce blog : j'ai travaillé sur ce qui aurait dû être à l'origine une série en bande dessinées et qui est finalement devenu un recueil de nouvelles. J'ai propulsé quelques figures mythiques (Nino Ferrer, Claude François, Paul McCartney, Syd Barrett...) dans des univers parallèles où je leur ai inventé d'autres destinées. Bien que j'ai pris beaucoup de plaisir à l'imaginer, ce projet - de par son côté résolument avant-gardiste... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 23:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 juin 2007

Elliott Blues

Quand j’ai fait du ménage parmi mes cassettes audio, je n’ai conservé que des enregistrements live que j’ai réalisés avec un matériel amateur et que je n’ai pour ainsi dire jamais réécoutés. Mais parce qu’ils ont été faits sous le manteau, parce qu’on m’y entend respirer dans le micro et parfois réclamer des morceaux entre les rappels, j’y suis attaché. Le premier concert parisien d’Elliott Smith tient une place toute particulière dans mon palmarès. Parce que j’avais eu la chance de parler avec lui un peu après. Parce qu’il avait joué... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 21:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 juin 2007

Alice, Charlotte et Bastien

Depuis que le règne sans partage des albums cartonnés couleur de 44 pages a été remis en question par les indépendants, les éditeurs traditionnels ont tous tenté de s'engouffrer dans la brèche. Fort du succès éditorial de la collection Ecritures (qui a publié en français Jirô Taniguchi, Chester Brown ou Craig Thompson), Casterman renouvelle l'expérience en lançant une nouvelle série de fascicules en couleur au format comics sous l'appelation KSTR. La ligne rédactionnelle est malheureusement assez floue (« La bd qui a du son » ? « La... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2007

Super souris

Je vous ai déjà dit que je crois aux signes ? Non. Alors je vous le dis : je crois aux signes. Une copine m’avait offert le dernier album de Modest Mouse et j’avais eu le malheur de le laisser traîner sur mon bureau. Ce qui devait arriver arriva : il disparu sans laisser de trace et je devais tirer deux enseignements de cette histoire : 1/quelqu’un d’autre connaît Modest Mouse dans l’entreprise qui m’emploie et 2/ je ne devais pas écouter ce disque. Je n’en prenais pas ombrage puisqu’il devait en être ainsi et je classais l’ affaire... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2007

Fabissimo

Blutch, qui a illustré son récit Le Pacha, dit de lui : « Ses histoires, ce n’est pas du cinéma en carafe, du roman-photo, de la littérature ou de la Playstation, c’est de la bande dessinée par excellence. Simple, aventureuse et vulnérable ». Reconnu par ses pairs, Fabio n’a pas pour le moment remporté de succès populaire. Son univers est exclusivement en noir et blanc, animalier et sans parole. L’absurde y côtoie la poésie. C’est un auteur en permanente recherche, autant graphique que narrative. Même s’ils demeurent toujours... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juin 2007

Aux amateurs de pithiviers fourrés pur amande

Le temps est un gourmand. Le temps aime bien les bonbons à la violette, les pates grises vanillées à la réglisse, les fondants assortis, les savarins chantilly, les polonaises, les truffettes, les conversations, les pailles framboise, les tranches acidulées, les fourrés café, les russes praliné et d'une manière plus générale toute la patisserie garantie pur beurre de Charente-Poitoux. Le temps, sans doute attiré par les pâtes de fruits en devanture, s'est arrêté un jour dans une patisserie de la rue de Charonne et il n'en est jamais... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2007

Paul au sommet

Tous les ans, j’achète le nouveau Paul comme j’achète le nouveau Monsieur Jean. Paul, c'est un peu le cousin québécois de l'auteur de "La Table d'ébène" : il travaille dans la publicité comme graphiste, vit à Montréal, apprécie la bonne chair et J.D. Salinger. Le style graphique de Michel Rabagliati n’est pas si éloigné de celui de Dupuy & Berberian : mais autant Jean au vu son trait et sa mise en page se libérer au fil des albums, autant Paul est resté fidèle à un mode narratif plus classique, mais dans lequel son... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2007

Le magasin de Joey

Il y a peu de chances, à moins que vous ne soyez un habitué de Ground Zero, que vous soyez familier avec les affiches de Joey. Et pour cause : il les réalise pour son plaisir et les imprime en sérigraphie à un très petit nombre d'exemplaires. Joey s'inscrit dans une tradition qui, si elle connait toujours beaucoup d'écho aux Etats-Unis, n'a jamais pris en France : celle d'affichiste de concert. Les siennes se veulent un hommage à une scène de franc-tireurs (je vous épargne les raccourcis comme « néo-hippie » ou « anti-folk ») auquel... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 21:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]