11 avril 2009

Pushin' Too Hard

Breakfast on Pluto, Travail d'arabe, Jacqueline dans ma vitrine, El Aura, Taxidermie... je ne compte plus les films que j'ai découverts grâce à la programmation audacieuse de Cinécinéma Club (anciennement Cinéculte). Aussi bien que je n'ai jamais été tenté de télécharger illégalement tant mon appétit de fiction est quotidiennement rassasié par les chaines du câble. Mieux : j'ai souvent l'impression que ce mode de diffusion constitue une seconde chance pour des œuvres noyées dans le flot des nouveautés DVD. Enregistrer un film à la... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 10:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 avril 2009

Un avion à prendre

C'est rare que dans un film une chanson me boulverse au point que les images qui l'accompagnent s'inscrivent de manière indélébile dans ma mémoire. Je ne peux plus écouter par exemple le "Hope There's Someone" de Antony sans penser à l'hélicoptère qui quitte la plateforme pétrolière en emportant Tim Robbins dans The Secret Life of Words.  Ce n'était pourtant pas faute de le connaître par coeur : mais grâce à l'utilisation qu'en fait Isabel Coixet, sa puissance émotionnelle est encore décuplée. Je crois que je l'aurai... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 23:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 avril 2009

Vendredi

J'attendais la fin du générique pour mettre un interprète sur les morceaux que j'avais entendus pendant le film : car si j'avais reconnu Dusty Springfield derrière "The Windmills of Your Mind", j'étais par contre beaucoup moins disert au sujet de "Chirpy Chirpy Cheep Cheep", "Breakfast on Pluto" ou de "For The Good Times". J'étais pourtant loin de me douter que la surprise allait pointer son nez beaucoup plus tôt. Car si j'avais identifié Bryan Ferry dans le rôle du serial killer à la cravate en... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2009

La clé Deschamps

Déjà, dans La gueule ouverte de Pialat, j'avais entrevu cette promesse un peu folle : et si cet éternel second couteau du cinéma français d'après-guerre avait en vérité l'étoffe d'un baron ? C'est chez Claude Berri que j'en ai eu la confirmation : et si nous étions un peu tous passés à côté de Hubert Deschamps ? Il est pratiquement la seule raison de regarder Le mâle du siècle, farce qui marche sur les plates bandes de Nous ne vieillirons pas ensemble sans jamais en retrouver la foulée. Niveau thématique, on reste dans la lignée de... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 20:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 février 2009

Un ami informé en vaut deux

De mémoire de cinéphile, c'est la première fois que je vois une adaptation si fidèle que j'ai l'impression que les cases de la bande dessinée prennent vie devant moi. Pourtant, le pari était loin d'être gagné d'avance : transposer au cinéma un manga dont l'intrigue court sur 22 tomes (et même 24, si on compte la séquelle parue l'an dernier). J'avais été déçu par le dessin animé tiré de Monster, l'autre roman-fleuve de Naoki Urasawa : rythme trop lent, corps trop raides. C'était un peu la même chose que les bouquins, sauf que le... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 janvier 2009

Cinéphile à domicile

Je regarde des films n'importe comment. Je ne respecte aucune sorte de logique, de chronologie ou de thématique. C'est souvent le dernier enregistré qui passe en premier, au grand dam de ceux qui s'entassent depuis des semaines à côté du magnétoscope. Ce qui ne les empêche pas de briser régulièrement la loi de l'arbitraire à laquelle je les soumets et de tisser des liens entre eux, même si je suis parfois le seul à les voir. J'ai eu l'occasion de voir Babel juste après avoir terminé la saison 3 de Heroes, et j'ai trouvé dans... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 janvier 2009

Berri soit qui mal y pense.

Difficile de ne retenir de Claude Berri qu'un seul film. Dimanche soir, la Une diffusait Tchao Pantin, que j'aurai pu revoir à la lumière de son histoire secrète dévoilée l'an dernier. Mais c'est un Berri moins connu que j'ai choisi : Sex Shop.  Parce que c'est son film le plus musical (Jean-Claude Vannier, qui signe les arrangements pour Gainsbourg, y est à son sommet, et Berri en 1972 n'a jamais autant ressemblé à Bertrand Burgalat aujourd'hui), et aussi parce que c'est un de ses plus comiques, notamment en raison de la... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
12 janvier 2009

Calmos à moelle

Jusqu'ici, la secte des disciples de Jean-Pierre Marielle était divisée en trois ordres : ceux qui avaient vu Calmos, ceux qui en avaient entendu parler, et ceux qui vivaient dans l'ignorance. Benjamin m'avait mis dans la confidence, peut-être même avait-on envisagé de visionner ensemble le divx réalisé d'après une antique vhs, mais rien ne s'était concrétisé. Jusqu'à ce que Ciné Cinéma Club lâche la bête vendredi soir. Et je dois reconnaître que le long-métrage oublié de Bertrand Blier est à la hauteur de sa réputation : sulfureux,... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
29 décembre 2008

Comment j'ai raté mon repas de Noël

Pourtant, ce n'est pas faute de l'avoir préparé. Je n'avais plus qu'à faire un choix entre le pilaf de crevettes et les cheveux d'ange aux noix de St Jacques, et c'était fait. Mais j'étais certainement trop sûr de moi. Thee, Stranded Horse était lancé dans un solo de kora pendant que nous coupions les cheveux froids, et le tableau ne ressemblait définitivement pas à un déjeuner de Noël. Histoire de plomber l'ambiance, j'ai proposé qu'on regarde L'Aveu le soir venu. Un Costa-Gavras pour un soir de Noël ? Je n'ai peur de rien. Comme par... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2008

La fin d'un monde

C'est en lisant le blog de Jean-No que j'apprends la disparition, le 04 novembre dernier, de Michaël Crichton et le hasard (qui n'existe pas, souvenez-vous) veut que j'ai beaucoup pensé à lui la semaine dernière en voyant pour la première fois Electroma. Car si le second long-métrage de Daft Punk est rempli d'hommages aux cinéastes ayant marqué le duo, comment ne pas penser irrésistiblement à Mondwest en découvrant la scène finale ? Le premier film de Michaël Crichton figure, avec Le Roi de coeur et Le jouet, parmi ceux qui ont le... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 14:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]