09 février 2009

Complètement à l'Ouest

L'Ouest ne m'a jamais fait rêver. Ni celui de Blueberry, ni celui de John Ford, ni celui de Sergio Leone. Je ne suis même pas sûr d'avoir lu tous les Lucky Luke. Sans doute la science-fiction a, quand j'étais enfant, représenté un pôle d'attraction plus fort et je me suis envolé en direction des étoiles pour ne jamais redescendre. Pourtant, j'ai le goût de la poussière et du mescal au fond de la bouche depuis quelques semaines. Si j'ai toujours été très fan de Matthieu Blanchin (Le val des ânes, et Accident du travail, deux... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 10:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 février 2009

Canal Jimmy

A la fin de l'émission, chacun avait la possibilité de partager un de ses coups de coeur avec les auditeurs et Jean-Christophe avait choisi ce fascicule américain délirant, à la fois très classique par son dessin et très moderne par sa mise en page : le même personnage apparaissait à la fois sous la forme d'un enfant et d'un adulte. Dès les premières pages, il mourrait dans son sommeil et était accueilli au ciel par un super-héros masqué. Un peu plus loin, il se remémorait un épisode de son enfance où, pour pouvoir prendre les... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 janvier 2009

Mon Bagge préféré

Avant d'entamer le cycle des Buddy Bradley, qui aura mis plus de 10 ans à être intégralement adapté en français, je me demandais dans quelle mesure cette référence de la bande dessinée indépendante américaine n'avait pas pris un méchant coup de vieux. Est-ce que j'avais vraiment envie de réecouter mes vieilles cassettes de Tad et Mudhoney ? Heureusement, l'oeuvre de Peter Bagge est bien plus qu'un document sur les années grunge : c'est surtout une invraisemblable comédie à tiroirs, bardée de seconds rôles délirants  :  le... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 décembre 2008

D'humeur boudine

Mis à part Poisson Pilote et Shampooing, je ne prête pas beaucoup d'attention à l'actualité des 44 pages-couleurs. Et je rate certainement l'éclosion de talents qui ne sont pas passés par la case "indé", comme c'est le cas pour Krassinsky. Lui, je l'ai repéré un peu par hasard l'an dernier, dans un Pilote hors-série consacré à mai 68. Ce n'était pas loin d'être la meilleure bande du lot : il faisait débarquer le cadavre réanimé de Claude François en plein milieu d'une soirée karaoké. Dessin mordant, humour irrévérencieux :... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 01:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2008

Sicaugraphie

Si Natacha Sicaud n'est pas la plus prolifique des bloggeuses (elle peut rester pratiquement un mois sans poster), c'est certainement celle qui m'étourdit le plus actuellement, tant en raison de la grâce de son dessin, dont la simplicité n'est jamais une évidence (elle déchire à peu près en tout : en croquis, en portrait, en dessin animalier, en feutre, et même en post-it) que de la tendresse de ses récits. C'est bien simple, je crois bien que, depuis Aude Picault, je n'avais pas autant craqué. D'ailleurs c'est Natacha qui a repris... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 novembre 2008

Confessions d'un chineur

Je ne sais pas si on naît collectionneur ou si on le devient. Peut-être que c'est un truc qu'ils mettent entre le dos et le recto des images Panini, une substance inodore aux effets irréversibles qui se diffuse dans l'air quand on sépare les deux supports. Mais je suis passé par tous les stades : les porte-clés, les timbres, les figurines de Star Wars, les boutons d'acnée, les 45 tours de Corynne Charby, les paires de Burlington, les "décevant" en maths, les numéros de Starfix (rangés religieusement dans la reliure en... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 18:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

08 novembre 2008

Pris par le courant

"Pendant le voyage, il a dit aux autres qu'il allait acheter quelques souvenirs et plus personne ne l'a revu". Parce qu'une amie d'enfance le lui a conseillé, Kanae a fini par louer les services d'un détective privé pour essayer de retrouver son mari. En attendant, elle a réouvert les bains publics dont elle a hérité à la mort de son père. Le syndicat lui a même envoyé Hori, un garçon peu causant, pour l'épauler. Elle fait mine de tenir le coup, mais au plus profond d'elle-même, elle est proche de l'effondrement. "Il a... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2008

Pleine lune

Ce matin-là, j'étais passé avant le garde républicain de l'Elysée et j'avais réussi à mettre la main sur le tome 6 de Under The Same Moon. Ça faisait un moment que je l'attendais : il ne s'était pas passé grand-chose dans le précédent, et les évènements allaient forcément se précipiter dans l'avant-dernier de la série. J'ai pourtant mis un moment avant de faire le premier pas : il faut dire que les couvertures peintes par Seiki Tsuchida sont atroces et que l'histoire, résumée à l'essentiel, n'est pas plus excitante que ça : Don-Chan... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2008

Béton hurlant

Mis à part un découpage d'oreilles et un altercation à la barre à mine, il se passait tellement peu de choses durant les 11 premiers chapitres que j'ai failli laisser tomber en cours de route. Et puis, au bout de 200 pages, les Frères du jour et de la nuit ont débarqué en ville, prêts à défier les Chats sur leur propre terrain de jeu. Les Chats ? Blanko et Noiro, deux enfants sauvages qui courent sur les toits et dont le seul lien avec la société est "grand-père", un infirme qui les a pris sous son aile. Le reste du temps,... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 13:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 octobre 2008

Jean-Pierre, Carla et moi

En parcourant son "entretien 100% télé", je m'attendais à tout sauf à trouver une photo de mes héros, flanqués de l'incontournable Sophie Favier. Coté musique, Philippe Manoeuvre et Jean-Pierre Dionnet restent ses "enfants du rock" favoris. Mince, on a ça en commun, Carla Bruni et moi. Si j'ai déjà rendu au premier les hommages qu'il mérite, je n'ai jamais reconnu publiquement l'admiration que je porte au second. Et pourtant, il n'a jamais cessé de la mériter. J'en ai encore eu la confirmation en lisant la préface... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 14:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]