08 novembre 2009

Embarquement retardé

On m'avait tellement prédit que j'allais adorer cette série que j'y suis allé à reculons : j'avais autant peur d'être déçu que de décevoir ceux qui me l'avaient recommandée. Et puis je n'arrivais pas à mettre la main sur l'intégrale de la saison 1 sous-titrée en français. J'en avais fait mon deuil quand j'ai fini par intercepter un DVD qui circulait de mains en mains. Tiens donc : deux ans après tout le monde, j'allais enfin pouvoir avoir un avis sur Flight of  The Conchords.   

flight_of_the_conchords
S'est produit ce qui devait se produire : frappé par la similitude avec Testees (les deux co-locataires qui officient comme cobayes dans un laboratoire), je ne me suis pas tout de suite ému du sort de ces deux Néo-Zélandais expatriés à New York. Surtout que Flight of The Conchords ne joue pas pas sur le registre de la démesure (ceux qui auraient raté Testees peuvent se rattraper sur la mini série web "Inside Steve's Mind", mais attention, c'est gratiné) mais adopte au contraire un ton pince-sans-rire. A l'image de Murray (l'extraordinaire Rhys Darby), le manager du groupe, dont la motivation n'a d'égal que la ringardise, mais qui va vite voler la vedette à Bret et Jemaine.  Son importance dans la série lui vaut d'avoir sa propre chanson, "Goodbye Leggie Blonde", en hommage à la responsable informatique dont il est tombé éperdument amoureux.

rhys
Des chansons ? Flight of The Conchords en comporte deux par épisode. Au début, j'ai cru à une version anti-folk de la Chanson du dimanche. C'est en les réécoutant sans les images que soudain j'ai eu la révélation  : Bret et Jemaine n'appliqueraient-ils pas à la lettre toutes les recettes enseignées par Ween ? Pasticher ouvertement le premier tube des Pet Shop Boys ? Rendre un hommage délirant à David Bowie ? Ecrire des tubes crétins ? Leur science du détournement est à son apogée. Sub Pop ne s'y est pas trompé en publiant deux albums du duo, reprenant les meilleurs titres de chaque saison. Evidemment, chacun trouvera à redire parmi cette sélection. Pourquoi "Frodo, Don't Wear The Ring", leur délirante adaptation du Seigneur des Anneaux, n'a pas été retenue ?  Et pourquoi "A Kiss Is Not A Contract" plutôt que "Cheer Up, Murray"

J'ai l'impression de revoir la saison 1 de Flight of The Conchords chaque fois que je pose le disque sur la platine. Et je vis cette expérience sensoriellement inédite : j'écoute une série TV. Je la chante sous la douche. Et je ne suis pas loin de me l'offrir en t-shirt. Finalement, ça valait la peine d'attendre le Concorde. J'économise dès maintenant pour pouvoir me payer le voyage retour en classe affaires.  

Posté par philippe dumez à 18:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Embarquement retardé

    Effectivement ça a l'air pas mal... (pendant que j'y suis, voici le a qu'il te manquait dans ta première phrase : a)

    Posté par Tuco, 09 novembre 2009 à 07:38 | | Répondre
  • La relève...

    ... de Tenacious D?

    Posté par Tuco, 09 novembre 2009 à 07:46 | | Répondre
  • et de références à Ween, point?

    Posté par étienne g, 09 novembre 2009 à 15:36 | | Répondre
  • mon mien...

    Moi mes potes pour mon anniversaire mon offert celui là:
    http://tcritic.com/wp-content/uploads/2007/06/eat_sleep_folk.jpg

    tadaam...

    Posté par stadja, 19 novembre 2009 à 15:10 | | Répondre
Nouveau commentaire