26 septembre 2009

The xx invente l'album 2.0

Il y a 6 mois, j'ai découvert grâce à Said The Gramophone une reprise de Womack and Womack par un groupe inconnu. Il ne s'en tirait pas mal, mais j'étais loin d'imaginer que, 6 mois plus tard, la sortie de leur album serait accompagné d'un bouche-à-oreille aussi élogieux que unanime. Je ne sais toujours pas comment on prononce leur nom, mais je sais par contre qu'il s'écrit The xx. Et qu'il est parvenu, un peu à la manière de The Notwist en 2002 avec "Neon Golden", à catalyser le spleen de The Cure tout en le projetant dans... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2009

La bande Melpo

C'est un Suédois qui, en écoutant le premier album des Stone Roses, a vu ce que personne n'avait remarqué avant lui : qu'il y avait peut-être le moyen d'explorer la veine cotonneuse qui a donné naissance à des petites perles comme "Bye Bye Badman" et "Shoot You Down". Alors il a creusé suffisamment profondément pour remonter à la surface 12 chansons : celles qui composent l'album Brings The Lion Out de Melpo Mene. Le titre est ironique, puisque tout au long de ces 46 minutes, il n'est pas question de "faire... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2009

Prowsopopée

Vingt ans avant Daft Punk, David Prowse a trouvé le moyen d'accéder à un niveau de célébrité planétaire tout en restant parfaitement anonyme. Il n'y est pas parvenu par la musique, mais par la terreur : durant 6 ans, il a incarné un des plus célèbres super-méchants du cinéma américain. Sa silhouette massive a été décliné sous toutes les formes, de la brosse à dents au distributeur de Pez. A t-il seulement touché des royalties sur les produits dérivés qui ont été tirés de la trilogie qui l'a révélé ? Reste qu'à 74 ans passés, il ne se... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 20:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 septembre 2009

Cass et la voix

Cass McCombs, c'est un peu mon marronnier à moi. Tous les deux ans, il publie un nouvel album, et tous les deux ans, j'essaie de ne pas réemployer les mêmes mots pour témoigner de l'admiration que je lui porte. Tous les deux ans, j'ai le secret espoir que celui-ci, c'est le bon : c'est le disque qui va le tirer de l'anonymat dans lequel il est jusqu'ici confiné et qui va faire de lui l'égal d'un Sam Bean ou d'un Sufjan Stevens. Et pourtant, tous les ans, c'est la même histoire : parce qu'il fallait laisser de la place aux nouveaux... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 08:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 septembre 2009

Le monde ne suffit pas

J'ai longtemps été réticent à l'idée d'ouvrir un volume de "The World is Mine", d'abord en raison du dessin hystérique de Hideki Arai, ensuite à cause du titre qui me faisait irrésistiblement au tube de David Guetta. Il me suffisait de le lire sur la couverture pour entendre la voix du clone de Dave Gahan résonner dans ma tête. C'est un peu idiot comme raison, mais parfois il ne m'en faut pas plus. Comme il a juste fallu que Alban se sépare des trois premiers tomes pour que j'ai l'occasion de m'y plonger. De tous les mangas... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2009

Ca commence aujourd'hui.

L'an dernier, j'ai acheté Je me souviens du rock de Gilles Verlant, et je n'en étais pas venu à bout que j'avais décidé de faire la même chose que lui : réunir tous mes souvenirs liés à la musique et les publier sous la forme d'un fascicule de poche. J'ai dû réunir les 150 premiers le week-end qui suivait, puis je n'ai rien foutu pendant des mois. Je n'avais pas renoncé pour autant, mais je laissais les cadavres remonter à la surface. Je m'y suis remis au début de l'été, et j'ai bouclé l'affaire fin août. Entre temps, je me suis... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 08:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
06 septembre 2009

A toute chose, Malher est bon

La première fois que j'ai voulu emprunter L'Art sans madame Goldgruber, la bibliothécaire m'a découragé de le faire. J'avais pris un livre en trop, et, parmi la pile que je lui tendais, elle avait spontanément écarté celui-là, sur le ton du "vous pouvez vous en passer", assorti d'un "de toute façon, si vous avez un remord, vous le trouverez toujours là vu que personne ne l'emprunte". Autant dire que je n'y suis pas revenu tout de suite. Il a fallu le désœuvrement de l'été, assorti au fait que la plupart des bandes... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 14:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


  1