20 juillet 2009

Un pendu à Pantin

En matière de concert improbable, ça s'annonçait comme une date à ne pas manquer : Dean & Britta à Pantin, en conclusion d'une semaine parisienne qui les aura vu se produire trois soirées d'affilée à l'Eglise Saint-Eustache pour une performance autour des Screen Tests d'Andy Warhol. Mais où ça à Pantin ? Au Pavillon Baltard ? Non : au Dynamo de Banlieues Bleues, à la sortie du métro Aubervilliers Pantin 4 Chemins. Mais qui a envoyé nos amis américains au-delà du périphérique ? Et surtout : qui va aller les applaudir un samedi 18 juillet à 20h30 ?

dean
La première surprise, c'est l'affiche : Dean & Britta play the Galaxie 500 songbook. J'avais bien le souvenir d'avoir entendu Dean Wareham interpréter "Sorry" lors du dernier concert de Dean & Britta à Paris, mais je ne pensais pas que cet acte de bravoure était annonciateur d'une réconciliation plus conséquente. Il fallait aller à Pantin pour le croire, et l'entendre balancer d'emblée "Hearing Voices", "Tugboat" et "Temperature Rising". Sur "Blue Thunder", je vois défiler les images de la vidéo que 120 Minutes diffusait régulièrement à l'époque, celle-là même par laquelle j'ai connu le groupe en 1989. Et j'en ai des frissons dans tout le corps.

La machine à remonter le temps continue sa course : Britta reprend "I'll Keep It With Mine", écrit par Bob Dylan pour le premier album de Nico. Et Dean égrène les accords d'un titre que je n'avais jamais eu la chance de l'entendre interpréter  : il s'agit du "Ceremony" de Joy Division. Je ne sais pas si ce sont mes coups de soleil qui se réveillent ou moi qui aurait dû quitter ma veste, mais la température monte d'un cran supplémentaire au Dynamo. "Ceremony", une face B de Galaxie 500, un samedi soir à Pantin sous le coup des 21h20, dans le cadre de la programmation "Paris, Quartier d'été". Le point d'orgue de la soirée est aussi le dernier titre du set.

dean_2
Dean remonte sur scène jouer seul "Don't Let Our Youth Go To Waste" avant d'être rejoint par Britta pour "Bonnie & Clyde". Rappelés une seconde fois, ils déterrent un obscur titre du Velvet Underground ("I'm Not A Young Man Anymore", un inédit extrait du Live At The Gymasium edité l'an dernier) avant de conclure sur "Fourth of July", le titre qui ouvrait This is Our Music, le dernier album de Galaxie 500. Il n'est même pas 22 heures quand les lumières se rallument, et la nuit ne fait que commencer. Tous ceux qui comme moi ont eu la chance de prendre part à ce voyage dans le temps sont encore sous le choc. Ah merde, 20 ans déjà, qu'est-ce que je faisais à l'époque ? Et en 2029, tu fais quoi ? Tu crois que Dean & Britta joueront le Luna songbook à Pontault-Combault ?

Photo : Slowmotiontrax et Pulpphotodesign.

Posté par philippe dumez à 10:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Un pendu à Pantin

    Merci pour ce beau compte-rendu qui fait (presque) autant d'effet que la vidéo que Monsieur H. m'a envoyée le soir même de ce concert magique.
    Pas pu y être, mais "des frissons dans tout le corps", je vois bien comment ça a été;

    Posté par Starsky, 20 juillet 2009 à 15:35 | | Répondre
  • j'ai totalement zappé ce concert et à te lire je le regrette bien... "120 mn" ça se méritait à l'époque de voir les clips de nos groupes préférés (moi c'était le cousin d'un pote qui avait le satellite qui me faisait des VHS)

    Posté par M.Pat, 20 juillet 2009 à 20:37 | | Répondre
  • Maintenant que j'y pense il me semble que c'est au même endroit que j'avais vu Eugène Chadbourne accompagné de la rythmique de Violent Femmes

    Posté par M.Pat, 20 juillet 2009 à 20:43 | | Répondre
Nouveau commentaire