08 juin 2009

A la baguette (5)

Chaque fois que j'entre dans un magasin de souvenirs, je pense à Claude. Claude avait deux passions : l'opéra et les voyages. Son statut de célibataire lui permettait de vivre chacune à fond. S'il ne venait dîner chez mes parents qu'une fois par an, c'était à chaque fois une débauche de cadeaux : son sac était rempli de présents rapportés de ses lointains périples. Et pour moi qui n'avait jamais voyagé, c'était comme un trésor inestimable : celui d'un tour du monde par procuration. Fin décembre, il n'oubliait pas non plus qu'il était mon parrain et m'envoyait une carte accompagnée d'un chèque. Un gros chèque.

japon_14
Une année, ma mère a découvert qu'il boudait. Je n'avais pas oublié de lui envoyer mes vœux, mais je ne l'avais pas remercié au sujet du dernier chèque. Le montant du suivant s'en est ressenti et nous ne sommes plus reparlés. Je n'avais pas envie de faire d'effort et il devait considérer que ce n'était pas à lui d'en faire. Sans en demander, j'avais de ses nouvelles par mes parents.  Ce sont eux qui m'ont appris son décès alors qu'il venait de prendre sa retraite.

japon_15
Savait-il que j'habitais à quelques centaines de mètres de chez lui ? Quand le Grand Bonhomme refusait de s'endormir sans un petit tour en poussette, je me suis parfois retrouvé juste sous sa fenêtre. J'ai même vérifié que son nom figurait toujours sur l'interphone. J'ai eu plus d'une fois l'occasion de partir à la découverte de cet inconnu qui s'improvisait Père Noël une fois l'an. Etait-il aussi vieux garçon qu'il en donnait l'impression ? Pour quelle raison entreprenait-il des voyages aussi fréquents ? Et comment trouvait-il l'occasion de penser chaque fois à moi ? C'est un mystère que je n'ai jamais pris la peine d'élucider. Mais il faut que je sois au Japon pour commencer à le regretter. 

Posté par philippe dumez à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur A la baguette (5)

Nouveau commentaire