28 avril 2009

Parce qu'il le vaut bien.

Qu'est-ce que que je vous disais l'an dernier ? Que les disques de 2007 n'ont pas dit leur dernier mot. Bonne nouvelle : en 2009, ils n'ont rien perdu de leur éclat, comme c'est le cas de You Can't Win de Dolorean. Je l'avais découvert dans le top 10 de Motel de Moka il y a deux ans, mais, sans doute pris dans le flot des MP3 à écouter, je ne lui ai pas tout de suite accordé l'attention qu'il méritait. Et pourtant, "Buffalo Guy" refusait de me lâcher. Peut-être parce que, dans le genre, c'est la plus belle chanson que j'ai... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 23:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 avril 2009

Pushin' Too Hard

Breakfast on Pluto, Travail d'arabe, Jacqueline dans ma vitrine, El Aura, Taxidermie... je ne compte plus les films que j'ai découverts grâce à la programmation audacieuse de Cinécinéma Club (anciennement Cinéculte). Aussi bien que je n'ai jamais été tenté de télécharger illégalement tant mon appétit de fiction est quotidiennement rassasié par les chaines du câble. Mieux : j'ai souvent l'impression que ce mode de diffusion constitue une seconde chance pour des œuvres noyées dans le flot des nouveautés DVD. Enregistrer un film à la... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 10:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 avril 2009

Un avion à prendre

C'est rare que dans un film une chanson me boulverse au point que les images qui l'accompagnent s'inscrivent de manière indélébile dans ma mémoire. Je ne peux plus écouter par exemple le "Hope There's Someone" de Antony sans penser à l'hélicoptère qui quitte la plateforme pétrolière en emportant Tim Robbins dans The Secret Life of Words.  Ce n'était pourtant pas faute de le connaître par coeur : mais grâce à l'utilisation qu'en fait Isabel Coixet, sa puissance émotionnelle est encore décuplée. Je crois que je l'aurai... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 23:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 avril 2009

Ce qui me Plée

Je pense que si le titre ne m'avait pas immédiatement accroché, je ne l'aurai jamais acheté. Et même si je gagne souvent à dépasser les a-priori que je peux avoir par rapport à la naïveté d'un dessin, j'y mets toujours de la mauvaise volonté.  Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses allait-il pour autant parvenir à me séduire tout autant que Timing ou Nekomura-San ? Presque. Au-delà de la perte de ses illusions, Leslie Plée raconte une vraie histoire : celle des grandes surfaces culturelles où le métier de librairie se réduit à... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 21:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 avril 2009

Vendredi

J'attendais la fin du générique pour mettre un interprète sur les morceaux que j'avais entendus pendant le film : car si j'avais reconnu Dusty Springfield derrière "The Windmills of Your Mind", j'étais par contre beaucoup moins disert au sujet de "Chirpy Chirpy Cheep Cheep", "Breakfast on Pluto" ou de "For The Good Times". J'étais pourtant loin de me douter que la surprise allait pointer son nez beaucoup plus tôt. Car si j'avais identifié Bryan Ferry dans le rôle du serial killer à la cravate en... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]