05 décembre 2008

Department of Merles

Je ne sais pas si c'est un vieux réflexe hérité du système scolaire, mais de plus en plus, avant d'aller à un concert, je révise. Je ne me pointe plus le nez au vent, les mains dans les poches. L'après-midi, je m'infuse le dernier album en boucle. Je ne viens pas seulement découvrir, je veux aussi retrouver. J'ai envie d'éprouver ce petit frisson à chaque titre que je reconnais : ah oui, c'est celui-là, il est génial. J'ai trop souvent eu l'impression d'assister à des spectacles en dilettante, moins investi que je n'aurai pu l'être si j'avais un peu bossé mon sujet.

aigles

Autant dire que j'étais prêt pour le concert de Department of Eagles. Je ne sais plus à combien d'écoutes de Ear Park j'en suis, chacune accompagnée d'une référence nouvelle (Randy Newman, Richard Davis, Jim O'Rourke), chacune marquée par un nouveau morceau fétiche ("Teenager", "Herringbone", "Phantom Other"). Mais plus je pénètre dans ce disque à la fois étrange et familier et mieux je m'y sens. A quoi ressemblera le groupe sur scène ? Dans quelle mesure sera t-il à même de rendre justice aux orchestrations ambitieuses qui habillent ses chansons ? Y aura t-il du monde ? Et comment sera le t-shirt de tournée ?

Moins de 40 minutes plus tard, le bilan est plus que mitigé. L'unique rappel a ressemblé à ce que le concert aurait dû être : un moment magique, où la voix auto-samplée de Daniel Rossen a hanté une de ses nouvelles compositions. Malheureusement,  le concert a aussi ressemblé à ce que sont parfois les rappels : une répétition au cours de laquelle les musiciens ont du mal à s'entendre. Quel dommage d'offrir un live aussi limité. J'ai entendu dire par la suite que cette formule en duo n'était que le préambule d'une vraie tournée en groupe à venir l'an prochain. Dommage qu'à défaut d'aigles, on ait du vu des merles se disputer les miettes d'un des albums de l'année.

Photo : Ryan Muir

Posté par philippe dumez à 09:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Department of Merles

    J'ai aussi beaucoup écouté cet album qui au départ m'avait déçu. DEpuis, j'ai écouté en boucle Teenager, Herringbone et surtout le déchirant Balmy night avec son banjo carillonnant..Une des rares merveilles de 2008, quand bien même ils ne sont que pinsons sur scène....

    Posté par Kid Charlemagne, 05 décembre 2008 à 23:37 | | Répondre
Nouveau commentaire