23 novembre 2008

La fin d'un monde

C'est en lisant le blog de Jean-No que j'apprends la disparition, le 04 novembre dernier, de Michaël Crichton et le hasard (qui n'existe pas, souvenez-vous) veut que j'ai beaucoup pensé à lui la semaine dernière en voyant pour la première fois Electroma. Car si le second long-métrage de Daft Punk est rempli d'hommages aux cinéastes ayant marqué le duo, comment ne pas penser irrésistiblement à Mondwest en découvrant la scène finale ? Le premier film de Michaël Crichton figure, avec Le Roi de coeur et Le jouet, parmi ceux qui ont le... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 14:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 novembre 2008

Vic McKay m'écrit

J'ai été traumatisé par la fin de la saison 5 de The Shield. Je n'arrive pas à m'en remettre. Je n'arrête pas de revoir la  toute dernière demi-heure de l'épisode 11, parce que la marche de l'inéluctable y est aussi majestueuse qu'à la fin de La revanche des Siths. Ca va forcément mal se finir, mais moi, en tant que spectateur, je ne peux rien faire à part rester les yeux rivés sur mon écran. Un ami s'est proposé de me prêter la saison 6, mais je sais qu'à partir de là, plus rien ne sera comme avant. Ce matin, j'ai reçu un... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 15:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 novembre 2008

No Aloha for Noah

En sortant du concert de Noah and The Whale à Point Ephémère au mois de mai dernier, je m'étais dit que c'était probablement la dernière fois que je voyais ce groupe avant qu'il n'explose. Car le triomphe de ces anglais était annoncé puisqu'ils avaient tout : des gueules d'anges encore imberbes, une générosité incroyable, un charisme étourdissant, et surtout des chansons. Il me fallait remonter très loin, peut-être aux Dexy's Midnight Runners, pour me souvenir de morceaux qui donnent autant envie de prendre son voisin dans les bras et... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 00:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 novembre 2008

Chacun cherche son Chad

Tu as cru qu'en compagnie de Bon Iver, des Fleet Foxes, de Vandaveer, d'Alban Dereyer et de Cass McCombs, tu allais passer l'hiver tranquille au coin du feu. Que la saison était close, et qu'elle allait reprendre au printemps. Et tu ne t'es pas méfié de Chad Vangaalen qui t'attendait au coin du bois et qui t'es tombé dessus sans crier gare avec son nom à coucher dehors. Pourtant, Chad, c'est un rapide. En deux morceaux, les deux premiers de son Soft Airplane, le Canadien t'a pris au piège et il ne te lâche plus. Tu aurais bien aimé... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 novembre 2008

My Taylor is called Alexis

Il est apparu sur scène dans une veste de jogging trop grande pour lui, ceinte d'un tour-de-cou disgracieux au bout duquel pendait son pass backstage et qu'il n'a pas quitté du concert. La chaleur aidant, il a commencé à se déshabiller pour finir en marcel blanc, évidemment rentré dans le pantalon. Les tenues d'Alexis Taylor ne sont jamais décevantes : à Rock en Seine, il arborait déjà une magnifique veste jaune canari. Avec ses lunettes de prof de biologie, sa frange et sa petite boucle d'oreille, il aurait pu finir modèle chez... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 novembre 2008

Confessions d'un chineur

Je ne sais pas si on naît collectionneur ou si on le devient. Peut-être que c'est un truc qu'ils mettent entre le dos et le recto des images Panini, une substance inodore aux effets irréversibles qui se diffuse dans l'air quand on sépare les deux supports. Mais je suis passé par tous les stades : les porte-clés, les timbres, les figurines de Star Wars, les boutons d'acnée, les 45 tours de Corynne Charby, les paires de Burlington, les "décevant" en maths, les numéros de Starfix (rangés religieusement dans la reliure en... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 18:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


12 novembre 2008

Je vieillis mal

C'est plus fort que moi. Chaque fois que j'ai l'occasion de lire un magazine spécialisé, il faut toujours qu'il y ait un petit truc qui m'irrite. Ce n'est pas grand chose à chaque fois, mais c'est un peu comme la petite étiquette qui gratte dans le cou, celle que je finis par virer avant qu'elle me rende fou. Dans le dernier Magic, par exemple : le label de Franz Ferdinand réédite maintenant la totalité des albums solo de Robert Wyatt (à l'exception du premier... et d'une kyrielle de compilations accessoires). Je n'ai jamais rien noté... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
08 novembre 2008

Pris par le courant

"Pendant le voyage, il a dit aux autres qu'il allait acheter quelques souvenirs et plus personne ne l'a revu". Parce qu'une amie d'enfance le lui a conseillé, Kanae a fini par louer les services d'un détective privé pour essayer de retrouver son mari. En attendant, elle a réouvert les bains publics dont elle a hérité à la mort de son père. Le syndicat lui a même envoyé Hori, un garçon peu causant, pour l'épauler. Elle fait mine de tenir le coup, mais au plus profond d'elle-même, elle est proche de l'effondrement. "Il a... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2008

Un drôle de Jean

Devant la recrudescence des newsletters non sollicitées que je reçois tous les jours (ça va des fournitures de bureau à la programmation du Rex Club en passant par l'horripilante Boutique des chrétiens), j'ai entrepris une grande campagne de désinscription à base de cliquez ici. Les programmes les plus casse-couilles vous renvoient ensuite un mail pour que vous leur confirmiez votre désabonnement, puis encore un autre pour attester que vous ne recevrez plus de courrier de leur part. Tout ça pour ça. En fait, il n'y a qu'une seule... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 novembre 2008

Viens voir le docteur

Dans C'était demain de Nicholas Meyer, la machine à remonter le temps conçue par H.G. Wells ne peut fonctionner sans une clé située à l'extérieur du cockpit. Cette clé, Dr.Dog l'a jetée après s'en être servi pour remonter en 1971, l'année de la sortie de RAM et de Hunky Dory. Sur leur premier album, paru dans la foulée de Chaos and Creation in The Backyard, l'illusion était parfaite : Easybeat ressemblait à la récréation que Macca s'était accordée dans le dos de Nigel-les-bons-tuyaux, en déguisant son forfait sous un nom un peu débile... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 09:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


  1  2    Fin »