08 novembre 2008

Pris par le courant

"Pendant le voyage, il a dit aux autres qu'il allait acheter quelques souvenirs et plus personne ne l'a revu". Parce qu'une amie d'enfance le lui a conseillé, Kanae a fini par louer les services d'un détective privé pour essayer de retrouver son mari. En attendant, elle a réouvert les bains publics dont elle a hérité à la mort de son père. Le syndicat lui a même envoyé Hori, un garçon peu causant, pour l'épauler. Elle fait mine de tenir le coup, mais au plus profond d'elle-même, elle est proche de l'effondrement. "Il a peut-être rencontré une autre femme, il avait peut-être envie de faire autre chose. Ce qui est le plus dur maintenant, c'est de me dire que si ça se trouve, je ne le comprenais pas du tout".

under1

Quand j'ai commencé la lecture de Undercurrent, Kanae m'a tout de suite fait penser aux héroïnes de films de Mikio Naruse, ces jeunes veuves qui font le sacrifice de leur vie pour maintenir à flot l'entreprise familiale. Mais le récit de Tetsuya Toyoda s'avère beaucoup moins prévisible qu'il n'y paraît. Car le mari évaporé dans la nature a menti sur beaucoup de choses. Et, pendant que l'enquête progresse, une nouvelle disparition est à déplorer puisque... trois culottes ont été dérobées aux bains ! Hori cache t-il une passion pour les sous-vêtements féminins derrière son mutisme apparent ? A moins que ce soit grand-père Sabu, un excentrique qui traîne dans le quartier sous le prétexte de pratiquer des patrouilles anti-incendies...

under2

Le réalisme du dessin d'Undercurrent peut faire penser à un Taniguchi qui aurait gagné en expressivité ce qu'il aurait perdu en souplesse (le second a d'ailleurs fait l'éloge du premier). Mais c'est surtout la construction du récit qui est remarquable : car si c'est à la recherche de son mari que l'héroïne se lance, c'est à un passé longtemps refoulé qu'elle va se trouver confrontée. Ce thriller psychologique parfait donne envie de se plonger dans l'oeuvre de Tetsuya Toyoda, révélé en 2003 grâce à une histoire intitulée Google. Je n'ai pas eu besoin d'un détective privé pour le découvrir, mais j'aurai par contre besoin d'un traducteur pour aller plus loin : Undercurrent est pour l'instant son seul ouvrage traduit en français.

Posté par philippe dumez à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Pris par le courant

Nouveau commentaire