04 novembre 2008

La meilleure façon de Martscher

Pendant toute la seconde moitié des années 90, Built to Spill a remporté plusieurs années consécutives la palme du meilleur-groupe-du-monde-à-ne-pas-jouer-en-Europe. Des circonstances familiales ne permettaient pas à Doug Martsch de s'éloigner longtemps de son foyer, et on devait se contenter des disques. Tous plus excitants les uns que les autres, jusqu'à l'apogée, en 1997 : Perfect From Now On. Moins geignard que Radiohead, moins ridicule que The Smashing Pumpkins, c'est certainement, avec Butterfly Child, LE groupe qui aurait du exploser. Un enregistrement live, paru trois ans plus tard, enfonce le couteau dans la plaie : mémorable sur disque et épique en concert, Built to Spill est passé - malgré lui - à côté d'un succès mérité.

built

L'an dernier, alors que personne n'y croit plus, une date est annoncée à la Maroquinerie. Built to Spill assure la promotion d'un nouvel album dont la pochette ne parvient heureusement pas à décourager les fans les plus fidèles (Pitchfork sera moins clément en la classant parmi les pires de l'année). Le bonheur de les voir enfin sur scène n'arrive cependant pas à atténuer la frustration de les avoir ratés à l'époque de Perfect From Now On, occasion qu'il semble impossible de rattraper à moins que... le groupe ne décide lui-même d'actionner la machine à remonter le temps. Sans actualité particulière, et surtout sans annoncer la couleur, Built to Spill remplit une seconde Maroquinerie un an plus tard. Certes, ils ont joué quelques jours plus tôt aux Etats-Unis l'intégralité de Perfect From Now On. Mais reproduiront-ils ce miracle dont les spectacteurs du festival All Tomorrow's Parties ont eu la primeur ?

Dès les premiers accords de "Randy Described Eternity", le temps se fige. Nous sommes en 1997 et je viens d'avoir 26 ans. J'habite dans un 3-pièces situé au quatrième étage sans ascenseur porte de Clichy. Le matin, je prends le bus pour aller travailler et j'arrive systématiquement en retard. J'écoute par contre les conversations des gens autour de moi, que je retranscris dans un fanzine placé en dépôt chez Rough Trade. Je l'agrafe à la main et je le massicote au cutter et à la règle. Au sommaire du numéro 3, il y a une interview de Built to Spill réalisée par fax. Doug Martsch parle de Neil Young (Ma chanson préférée est certainement Cortez The Killer), des moyens plus ambitieux investis sur la production de Perfect From Now On et de la signification du titre (il décrit cette volonté de mieux vivre nos existences, d'être "parfaits à partir de maintenant"). Dix ans plus tard, les chansons n'ont rien perdu de leur puissance. Built to Spill les joue dans l'ordre, en prenant le temps de se réaccorder entre chaque. Et c'est totalement magique.

Que demander de plus, au moment du rappel ? L'album d'après, Keep It Like a Secret ? Ce sera celui d'avant, There's Nothing Wrong With Love : "In The Morning", "Big Dipper", "Car". Dans ce dernier titre, Doug répète à l'infini : "I Wanna See Movies of My Dreams". Moi, ce soir, j'ai vu le concert de mes rêves. Ou plutôt : le concert de Built to Spill dont je n'osais même pas rêver. J'espère que je me réveillerai demain matin avec le t-shirt que j'ai acheté à la sortie : j'ai encore du mal à croire que c'était vrai. Et Butterfly Child, ils font quoi l'an prochain ?

Photo : Pete Nema.

Posté par philippe dumez à 00:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur La meilleure façon de Martscher

    argh... et dire que je me suis dit que les ayant vus l'année dernière, c'était pas la peine d'y retourner..

    Posté par seb, 04 novembre 2008 à 18:29 | | Répondre
  • merci pour l'article, ca fait du bien de savoir que d'autres personnes partagent les memes emotions.
    Je vais d'ailleurs de ce pas écouter Butterfly Child que je ne connais pas.
    Pour revenir sur Built to spill, c'est vrai que "Perfect From Now On" méritait bien sa tournée, nous aussi et on a été bien servi.
    bonne continuation...

    Posté par marc, 04 novembre 2008 à 23:19 | | Répondre
  • Pareil que seb, je les ai vu l'année dernière, j'avais trouvé ça superbe, mais je suis dégouté d'avoir loupé cette deuxième date qui avait l'air magnifique. Profite que les souvenirs soient encore frais !

    Posté par MrMeuble, 06 novembre 2008 à 19:34 | | Répondre
Nouveau commentaire