19 octobre 2008

Béton hurlant

Mis à part un découpage d'oreilles et un altercation à la barre à mine, il se passait tellement peu de choses durant les 11 premiers chapitres que j'ai failli laisser tomber en cours de route. Et puis, au bout de 200 pages, les Frères du jour et de la nuit ont débarqué en ville, prêts à défier les Chats sur leur propre terrain de jeu. Les Chats ? Blanko et Noiro, deux enfants sauvages qui courent sur les toits et dont le seul lien avec la société est "grand-père", un infirme qui les a pris sous son aile. Le reste du temps,... [Lire la suite]
Posté par philippe dumez à 13:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

  1