29 juin 2008

Comment je me suis fait dépuceler par Stevie

Parce que j'avais reçu un radio-cassette à l'occasion de ma communion solennelle et que mes parents ne possédaient pas de platine-disque, j'ai beaucoup écouté la FM pendant les années 80. Passé le mur du son (des grandes ondes à la modulation de fréquence, c'est toujours une révolution), j'ai traîné des heures sur des autoroutes inconnues, sans signalisation : sur 95.2 ou Hit Fm, les tubes étaient rarement désannoncés. C'est parfois dix ans, voire vingt ans plus tard que j'ai réussi à mettre un nom sur un titre qui m'avait marqué, vraisemblablement parce que la radio le martelait à l'époque. Christopher Cross ("Ride Like The Wind"), Chicago ("If You Leave Me Now"), Billy Joel ("Pressure") ou Alan Parsons Project ("Don"t Answer Me"). Cette expérience d'intense exposition à la pop pré-formatée n'a pas pour autant bridé ma capacité d'ouverture à d'autres musiques, mais je garde des séquelles. Je ne suis jamais à l'abri d'une rechute. Ou d'une révélation très très tardive, comme cette dernière : j'ai vraisemblablement connu mes premiers émois en écoutant Stevie Nicks.

nicksfix013

Je me rappelle de la première fois où j'ai eu la curiorité d'écouter Rumours de Fleetwood Mac, certainement parce que Jason Lytle en avait fait l'apologie  : j'en connaissais déjà la moitié des titres. Et pour cause : j'avais été exposé à "Lies", "Big Big Love" ou "Don't Stop" sans le savoir, et certainement à des doses dépassant la limite prescrite. Mais ce n'est pas le pire : ce sont à chaque fois les morceaux chantés par Stevie Nicks qui me font le plus d'effet. Je l'ai su quand j'ai commencé à réécouter indéfiniment le titre 2 du CD 1 de The Chain : une version live de "Stand Back" bien dégoulinante de synthétiseurs. J'ai eu un petit geste de recul (on n'est pas très loin de Cindy Sanders au niveau du look) avant de succomber : tous les disques de Sebadoh n'effaçeront jamais la marque du rouge à lèvres de Stevie sur mes polos d'ado.

J'ai acheté Rumours. J'ai acheté Mirage. J'ai acheté Tusk, alors que je pensais ne jamais aller plus loin que la version réenregistrée par Camper Van Beethoven. Avec le nouveau My Morning Jacket, je n'écoute même que ça actuellement, et je m'imagine en Californie dans les années 80, à cette époque bénie où le téléphone portable ressemblait encore à un très gros talkie-walkie et où ni Stevie, ni Christine McVie n'imaginaient un jour en faire tenir deux dans leur sac à main. Ni recevoir par courrier électronique le coming-out d'un bloggeur trop longtemps resté bloqué sur la FM station égérie. 

Posté par philippe dumez à 09:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Comment je me suis fait dépuceler par Stevie

    "alors que je pensais ne jamais aller plus loin que la version réenregistrée par Camper Van Beethoven".

    c'est grace à ce genre de phrases que lire ton blog est un plaisir quotidien.

    merci.

    Posté par vincent g, 30 juin 2008 à 12:00 | | Répondre
  • Le jour où Stevie m'a souri

    J'étais un peu péteux (en plein 1977!) mais heureux quand même d'aller voir le FM de Rumours au Pavillon de Paris (loin d'être débordant). C'est donc sans souci que j'ai pu m'approcher de la scène pour prendre une petite photo souvenir (habitude vite perdue). Et quand j'ai appué sur le déclencheur, miracle, Stevie s'est tournée dans ma direction. Vers moi, je l'aurais juré. Et a souri. En cherchant bien, cette Ekta doit traîner quelque part au fond d'un placard. Et prouver que je n'ai pas pris mes désirs pour des réalités.

    Posté par Thierry, 30 juin 2008 à 15:49 | | Répondre
  • Ca me rappelle la première fois que j'ai entendu Billy Idol : c'était sur la Voix du Lézard (qui allait bientôt devenir Skyrock).

    Posté par rom, 30 juin 2008 à 21:48 | | Répondre
  • Tu sais que Prince joue sur Stand Back ?

    Posté par Flop, 01 juillet 2008 à 23:10 | | Répondre
  • Fleetwood McPlane

    Un plaisir presque quotidien et pas du tout coupable, c'est tout à fait ça.
    Merci...

    Posté par Tuco, 02 juillet 2008 à 06:02 | | Répondre
  • Aaah, ça fait plaisir...
    Réhabilitons le Mac...
    Bizarrement, j'écoute toujours en boucle Over & Over chanté par Christine McVie depuis que le morceau s'est infiltré dans une compil d'ambient...

    Posté par JC DERRIEN, 04 juillet 2008 à 12:02 | | Répondre
Nouveau commentaire