28 mai 2008

Passé l'Iver

Il y a pratiquement un an jour pour jour, dans la foulée d'un concert de Of Montréal qui s'était terminé dans la rue, à brailler sur "Cell of 44" et "Starman" en compagnie de Kevin Barnes et de son compère costumé en ange, je démarrai ce blog. L'expérience était tellement intense que je ne pouvais pas la garder pour moi. Si les occasions d'alimenter I wanna be your blog n'ont pas manqué depuis, le concert de Bon Iver auquel j'ai eu la chance d'assister aurait très bien pu justifier à nouveau le fait que j'en crée un. Pas celui du Trabendo : celui du 5ème étage de la rue Tardieu, escalier sur la droite en rentrant, porte face. Bon Iver en appartement pour une poignée de privilégiés lecteurs de la Blogothèque, participation libre à l'entrée et vue imprenable sur Paris qui s'éteint.

dolly_recadr_e

C'est Vandaveer qui ouvre le bal en compagnie sa soeur : boucles blondes, corsage rose contenant une poitrine qu'on devine opulente, petites étoiles tatouées sur les avant-bras. Le duo joue sur cette corde raide avec laquelle Gram Parsons et Emmylou Harris ont tordu le coup à quelques idées reçues sur la country-music. Difficile de ne pas les trouver immédiatement sympathiques... sauf la maîtresse de maison, qui grince des dents chaque fois que Vandaveer marque le rythme en martelant le plancher. Elle a pourtant pris soin de prévenir les voisins par le biais d'une petite affichette posée dans l'ascenseur. Elle a même rajouté à la dernière minute "acoustique" après le mot "concert" pour faire passer la pilule.

bon_iver_2_recadr_e

C'est pourtant par une improvisation bruitiste que commence le concert de Bon Iver : deux guitares et une caisse claire en roue libre, le genre d'incident diplomatique qui ne manquera pas d'être évoqué lors de la prochaine réunion du conseil syndical. Heureusement, le ton se radoucit très vite. Ce soir, ce n'est pas seulement l'occasion d'apprécier Bon Iver en acoustique : c'est aussi celle de remonter au temps d'avant la musique amplifiée et de profiter de la voix de Justin Vernon sans aucun retraitement. Il n'y a pas un seul micro dans la pièce si ce n'est celui de Vincent Moon qui enregistre la prestation. Je peine à croire que le numérique saura restituer le petit miracle qui se produit. Il y a d'abord ce timbre de voix qui s'aventure dans les aigus comme personne ne l'avait aussi bien fait depuis Neil Young. Mais quand il monte, Justin acquiert un supplément d'âme qui n'est pas sans rappeler les grandes voix de la soul. L'exercice est d'autant plus impressionnant qu'il chante très doucement, sans le souci de se faire entendre puisque, dans le salon, l'attention est à son comble. Il ne cessera de répéter qu'il attendait depuis longtemps cette date, que c'est la première fois qu'il joue à domicile, mais que paradoxalement, c'est pour cela que ses chansons ont été conçues : pour être interprétées en petit comité. Pour renforcer l'intimité, le maître des lieux sort des bougies et coupe le plafonnier.

bougies_recadr_es

Après avoir épuisé les chansons de son répertoire (dont un "Wolves" repris en choeur par le public, magique), Justin puise parmi ses artistes préférés : John Prine, que Low avait remis à l'honneur il y a quelques années, et Bowerbirds, à cause desquels il a failli tout laisser tomber. Il est plus de 23h00 passées. Une petite dernière pour la route ("Skinny Love") et tout le monde se dégourdit les jambes. Chryde annonce que c'est pas encore fini, et que la soirée va se poursuivre dans la rue ou dans un parc. Mais j'ai déjà eu mon compte au niveau émotions. Je commence à retranscrire tout ça dans le métro, pour que l'écho de ce concert privé dépasse les frontières du 18ème arrondissement. Et si on me demandait pourquoi je continue à blogger, je crois que j'aurai une réponse toute faite : parce que j'ai vu l'Iver au printemps, et que j'y ai vraiment cru.

photos : artypop

Posté par philippe dumez à 09:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Passé l'Iver

    Même si l'album ne m'a pas transcendé, j'aurais bien aimé être là !

    Posté par lyle, 28 mai 2008 à 21:04 | | Répondre
  • si j'avais su qu'il y avait Philippe Dumez dans la salon j'aurai profité de l'occasion pour venir l'embêter :')

    Posté par Bishop, 29 mai 2008 à 01:19 | | Répondre
Nouveau commentaire