04 mars 2008

Mon petit prince à moi

norman_1

Avant que Jean-Louis ne me mette Prince Norman entre les mains, ma connaissance des mangas s'arrêtait à quelques tomes de Taniguchi et une collection incomplète d'Akira dont je m'étais vite débarassé. Autant dire que je n'avais rien lu. Je ne m'étais même pas posé la question de par où commençer. Pourtant, deux ans plus tard, je n'envisage pas de prendre un transport en commun sans en avoir un au fond de la poche. Et je commande sur internet les adaptations en film de mes séries préférées, DVD zone 1, sous-titrage anglais. Que s'est-il donc passé ?

J'ai juste été bien conseillé. Prince Norman est la porte d'entrée idéale : une histoire qui dépasse le cadre de la science-fiction pour s'inscrire dans la grande tradition héroïque, avec un supplément d'irrationnel et de n'importe quoi. J'ai été happé par le récit comme ses protagonistes  le sont dès les premières pages : je les ai suivi sur la lune, cinq cent millions d'années avant la terre, alors que les Luniens s'apprêtent à livrer un combat sans merci contre l'envahisseur Geldan. Le fond est un peu délirant, la forme un peu folle (750 pages en tout !) en parfait contraste avec le dessin, d'une maîtrise rigoureuse. Avant même d'en avoir connu le dénouement, je suis allé découvrir d'autres oeuvres de Ozamu Tezuka, puis d'autres auteurs de mangas : j'avais à peu près 15 ans de lecture de retard.

norman_3

Si je suis toujours à l'affut de nouvelles séries, je reviens toujours à Tezuka : parce que son oeuvre est colossale, et parce que de nouvelles traductions sortent chaque mois. Le filon semble inépuisable. Je n'étais pas pressé de finir Prince Norman, mais j'ai fini par craquer : je me suis offert le tome 3, ne serait-ce que pour éclaircir cette phrase qui me hantait depuis le tome 1 : "Nous sommes à présent en 1988 et je devrais avoir 33 ans".  Pour moi, cette série est celle d'une double initiation : celle d'un enfant qui apprend à maîtriser ses pouvoirs extraordinaires (Taku) et celle d'un lecteur qui se découvre une passion dévorante pour les petites volumes en noir et blanc imprimés à l'envers.

Prince Norman est paru sous la forme de feuilleton en 1968 :  sa modernité allait être confirmée par le succès de Goldorak et de Star Wars... dix ans plus tard. En parlant de ça : dans le tome 3 de Prince Norman, les héros assistent impuissants à la destruction d'une planète forteresse par un rayon de la mort sous le regard triomphant du chef des armées gueldan. Ca ne vous rappelle rien ? Georges Lucas at-il lui aussi eu la chance d'avoir un ami qui lui mette ce volume entre les mains ? C'est certainement un des secrets que les maîtres Jedi font tout pour préserver.

Posté par philippe dumez à 22:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Mon petit prince à moi

Nouveau commentaire