25 février 2008

Une revenante

orphelinatJ'ai dû m'arrêter dans le couloir tellement je n'en croyais pas mes yeux. Ce n'est pas le fait que "L'Orphelinat" soit "le plus grand succès espagnol de tous les temps" qui m'a bouleversé, ni le fait que le film soit produit par Guillermo Del Toro : c'est cette femme qui se dresse au milieu de l'affiche, un enfant dans les bras. Cette beauté pâle, ce regard inquiet, cette noblesse des traits : c'est Claude Jade ressuscitée. Pas la femme d'Antoine Doinel, mais Véronique d'Hergemont, l'ancienne femme du conte Vorski, dans "L'Ile aux 30 cerceuils". Presque 30 ans après avoir quitté l'île de Varek, ses quatre femmes en croix et sa prophétie, Véronique reprend du service. Elle n'a pas l'air d'avoir pris une ride. Et moi je tremble en le regardant, comme au premier jour. Je n'irai pas voir "L'Orphelinat" parce que je suis sûr d'être déçu : je préfère garder de ce film le souvenir de ce que j'en attends, même sur un malentendu. Ce n'est pas tous les jours que je retrouve une femme qui a marqué mon enfance. A la pierre Dieu, évidemment.

Posté par philippe dumez à 23:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Une revenante

    Pourtant...

    ... c'est vachement bien, ce film. Grâce à elle, justement... j'ai eu la chance de le voir en projo de presse et d'interviewer le réal...

    Posté par JC DERRIEN, 26 février 2008 à 00:32 | | Répondre
  • Claude Jade

    Oui, elle ressemble à Claude Jade comme une soeur jumelle de Véronique d'Hergemont.

    Posté par saja, 18 juin 2008 à 15:14 | | Répondre
Nouveau commentaire