04 février 2008

A cheval sur l'étiquette

voleurJe n'ai jamais eu d'actions chez Boulinier, mais je vais y faire un saut chaque fois que je sors de chez Gibert, parce que j'y trouve parfois un disque dont je regrette de m'être séparé ou un manga d'occasion. J'étais bien parti pour aller un peu plus loin aujourd'hui : j'avais trouvé Bandes à part en DVD et le tome 4 de L'Histoire des 3 Adolf, histoire de terminer le cycle. Le volume n'était pas étiquetté, et le caissier a dû appeler sa collègue à l'étage pour en connaître le prix (9 euros). C'était sans compter sur l'intervention spontanée d'un second caissier qui, après avoir considéré rapidement l'ouvrage, m'a conseillé d'arrêter de décoller les prix. Quoi ? Moi, décoller les prix ? J'avais bien entendu. Il insiste : j'ai beau jouer l'étonné, il sait très bien que c'est moi. Il pourrait même le prouver. J'hésite entre le rire et les larmes. Finalement, je range le billet que je m'apprêtais à craquer dans mon portefeuille et je tourne les talons vers la sortie. Pour qui se prennent-ils chez Bouliner pour suspecter le client de la sorte ?

Je serai certainement moins vexé si je n'avais pas été victime d'un malentendu semblable chez Gibert Jeune quelques mois plus tôt. Un livre que j'avais signalé à l'entrée du magasin avait sonné au moment de repartir, et le vigile auquel je l'avais montré n'a pas voulu le reconnaître. Il a fallu que nous allions voir le responsable du rayon pour qu'il vérifie sur son ordinateur qu'aucun exemplaire n'était manquant avant qu'on me laisse repartir (avec mon sac contenant au moins pour 50 euros d'achats), non sans un ultime avertissement : la prochaine fois que vous venez avec de la marchandise vendue dans le magasin, n'oubliez pas de le signaler. Oui, mais... Je n'avais pas insisté, accablé. Comme je le suis aujourd'hui. Qu'est-ce qu'ils ont contre moi boulevard St Michel ? Après les disques, faut-il que je me mette à télécharger illégalement des livres en .pdf maintenant ? Puisque j'ai une tête de voleur, visiblement.

PS : Tout ça ne me dit pas comment Ramsei va finir par récupérer les documents que Kempel a cachés.

Posté par philippe dumez à 20:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur A cheval sur l'étiquette

    mais...

    il me semble avoir déjà lu l'aveu d'une semblable anecdote où l'auteur racontait comment il collait des étiquettes sur celles qui préexistaient (chez Gibert Jeunes, me semble-t-il) afin de payer ses disques "le bon prix" ? M'enfin c'est vrai qu'il y a peut-être prescription, depuis le temps...

    Posté par toniduran, 04 février 2008 à 21:16 | | Répondre
  • Philippe, je pense à toi.

    Posté par vincent, 05 février 2008 à 08:56 | | Répondre
  • c'est à cause de la barbe (depuis le temps qu'on te dit qu'elle est trop longue !!)....

    Posté par moutarde, 05 février 2008 à 13:41 | | Répondre
Nouveau commentaire