07 décembre 2007

All that Jason

Couv_DernierMousquetaireÉvidemment, en ce moment, vous courez les magasins sur l'heure du déjeuner. Vous avez bien feuilleté les suppléments cadeaux de vos magazines préférés, mais vous n'avez trouvé que des idées chères, et pas souvent surprenantes (mis à part le coffret 3CD des Peel Sessions de Cinerama, vu dans Télérama, et dont j'avais oublié jusqu'à l'existence). Résultat : vous êtes un peu pris au dépourvu. Il y a bien des trucs dont j'ai parlé sur mon blog, mais vous ne vous souvenez plus exactement de quoi. Et puis mes mangas préférés ont l'air vraiment trop chelous. Heureusement, j'ai pensé à vous. Tous mes prochains posts seront consacrés à des idées de cadeaux potentielles (en plus, ça tombe bien parce que je suis un peu en manque de sujet de prédilection actuellement).

A commencer par un album du méconnu Jason (pas de chance : aucun rapport avec Jason Loewenstein), que j'ai commencé par surestimer pour finalement le sous-estimer. Jason est un auteur de bandes dessinées norvégien très marqué par l'univers graphique de Lewis Trondheim. Il s'est rapidement démarqué de son modèle grâce à des fictions assez alambiquées, à l'image du très impressionnant Attends (je ne suis pas le seul à le penser). Je l'ai vraiment reçu comme une vraie claque. Son univers animalier cachait une gravité inattendue. J'ai acheté le suivant les yeux fermés (Le char de fer) et malheureusement, j'ai été déçu. Alors j'ai levé le pied. J'en ai laissé passer quelques-uns, sans me rendre compte qu'il était passé entre temps du noir & blanc à la couleur (avec réussite) et qu'il avait renoué avec une veine narrative machiavelique.

Je suis retombé dans Jason grâce à Hemingway, récit improbable d'un casse perpetré par... Ezra Pound, l'auteur du Vieil Homme et la mer et Scott Fitzgerald dans le Paris des années 20. Il m'a vraiment fallu le relire pour çommencer à y comprendre quelque chose tellement il avait réussi à m'embrouiller. Et j'ai retrouvé la même folie dans Je vais te montrer quelque chose, sous haute influence Hitchcockienne. Si j'ai décidé de mettre l'accent sur lui aujourd'hui, c'est que je suis en train de lire Le Dernier mousquetaire, que j'ai acheté à midi : où comment Athos, après avoir exhorté Aramis à reprendre du service, finit par voler au secours des "gens de France" en endiguant... une invasion extra-terrestre ! C'est à la fois cohérent et totalement n'importe quoi, maîtrisé jusqu'au bout de la folie (les cinq premières planches à lire par ici). Jason est certainement un des scénaristes qui m'épate le plus aujourd'hui par son inventivité et son sens de l'absurde. Dommage que son transfert chez un éditeur plus traditionnel (Carabas) que celui qui l'a révélé (Atrabile) ne l'ait pas aidé à élargir son audience. Pourtant les livres de Jason font d'excellents cadeaux. Je me les offre bien, qu'attendez-vous ?

Posté par philippe dumez à 00:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur All that Jason

    Aller-retours éditeurs

    S'lut

    Ce n'est pas un transfert définitif, Jason alterne les sorties Atrabile (noir et blanc pour le moment, le dernier étant 'le secret de la momie', un recueil d'histoire courtes et muettes parues initialement chez Fantagraphics) et Carabas (couleur).
    Ciao ciao

    Posté par jyhem, 07 décembre 2007 à 11:31 | | Répondre
  • Et le dernier mousquetaire est sélectionné pour le festival d'Angoulême 2008.

    Un gage supplémentaire de qualité ?

    Posté par lapingue, 08 décembre 2007 à 12:56 | | Répondre
Nouveau commentaire