22 octobre 2007

Ode à Aude

mj2couvMa chère Aude Picault,

je n'ai pas osé t'aborder lors du dernier pot de l'Association bien que je t'ai regardée toute la soirée. Vois-tu, non seulement je suis beaucoup moins bien que les mecs sur lesquels tu flashes, mais je suis comme qui dirait assez engagé avec une fille qui est en plus une de tes collègues (pour ne pas dire rivale). Au milieu d'une pile de nouveautés plus appétissantes les unes que les autres (un nouveau Guy Delisle, un nouveau Chris Ware, un nouveau Aya, un nouveau Taniguchi ET AUSSI UN NOUVEAU THORGAL), j'ai acheté les yeux fermés "Moi je et caetera", et je l'ai lu avec gourmandise, d'une traite, presque trop vite, mais j'en avais tellement envie que j'ai eu du mal à me raisonner (ce qui ne m'empêchera pas de le relire dès demain). J'avais découvert le précédent, "Moi je", à sa sortie, bien avant que tu deviennes une bloggeuse émerite et que tu aies ta page dans Voici ! (d'ailleurs les numéros sont tristes depuis que tu n'apparais plus), et j'avais craqué pour la rondeur de ton trait et pour la fraîcheur de ton humour qui correspond bien à celui de ta génération décomplexée (Lisa Mandel, Florence Dupré la Tour, Soledad Bravi...).

Les garçons adorent savoir ce qui se passe dans la tête des filles : en te lisant, j'ai l'impression de pénétrer dans la tienne, un peu comme le héros de "Being John Malkovitch". Je n'y reste pas longtemps mais ton regard tendre et inquiet me plaît. J'avais peur de la redite avec "Moi je et caetera" (je n'ai même pas compris, en le prenant, sil s'agissait d'une réédition augmentée ou d'une nouveauté, esprit lent que je suis - je suis comme toi quand tu prends des cuites, je vieillis) mais je l'ai adoré tout autant, ravi d'avoir fait la connaissance avec ta mère, tes collègues de bureau et quelques-unes de tes conquêtes (au risque de te désoler : moi aussi j'aime bien les dessous sexy). Je n'oserai certainement jamais te le dire en face, mais je voulais te remercier de partager tout ça avec nous, les mecs un peu cons. Sans parler de tes aphorismes comme "est-ce que je fais ce que je fais parce que j'aime les autres ou pour que les autres m'aiment ? " dans lesquels je me reconnaîs d'une manière troublante.

Je t'embrasse, Philippe

Posté par philippe dumez à 22:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Ode à Aude

    Putain, y m'le faut, ce truc.

    Posté par vincent, 23 octobre 2007 à 08:25 | | Répondre
  • J'en ai soupé de la Bd en mode mineur, faite d'observations de détails et qui se veut proche du réel. On retrouve cette même tendance dans la nouvelle chanson française qui n'arrête pas d'aborder des thèmes proches des gens. Tout cela manque cruellement d'ambition et me semble plutôt étriqué, voire provincial.

    Posté par Gulliver, 24 octobre 2007 à 13:46 | | Répondre
  • Miroir

    On ne s'attardera pas sur les commentaires des gens qui ont soupé de la bd en mode mineur. De toute façon, je suis née en province, alors...

    Cher Dumez, on ne se connait pas, mais je vous aime beaucoup. Enfin, j'aime ce commentaire que vous faîtes du livre d'Aude Picault. Vivant loin de Paris, je ne savais pas du tout qu'il y avait un et caetera. Merci pour l'info. J'ai débarqué ici une semaine, couru dans une librairie, et voilà, ça fait trois jours que je me balade avec les deux Moi je dans mon sac à main (j'ai racheté le premier avec). Je sors un dessin à chaque parole que prononce une de mes copines.
    Est-ce qu'on lit de la BD pour s'y retrouver ? Je ne pense pas. Mais là, je les lis, je les relis, je rigole et je pleure, je mange du pain beurre café en attendant que mon téléphone sonne. Et sur le bord d'une fenêtre, je dis à ma soeur qu'à force d'avoir des tas d'aventures, je ne sais même plus quand je suis amoureuse.
    Moi aussi, je m'y reconnais d'une manière troublante.

    Posté par Julie, 30 octobre 2007 à 00:24 | | Répondre
Nouveau commentaire