17 août 2007

La grande vadrouille (Slight return)

DSCF8727Boubak vient frapper à notre porte : il est désolé de nous déranger à cette heure-ci, mais voilà, il a un problème, et peut-être que je peux l’aider à le résoudre. Un problème de taille : le Nacho Loco vient d’ouvrir, et suite à un court-circuit sur la console son, la platine CD a grillé. Et ce qui devait être une nuit de folie vire au cauchemar : pas du tout de musique, si ce n’est celle d’une ghetto-blaster qu’un animateur est allé cherché dans sa piaule en vitesse. Il voudrait savoir si je ne pourrai pas le dépanner : il a entendu dire que j’avais emmené mon ordinateur en vacances par une des animatrices qui s’occupe des enfants et à laquelle la grande Zouzou a confié qu’elle ne venait pas au centre aéré le matin parce qu’elle préférait rester jouer à Toboclic avec son frère, et il se demandait si par hasard je n’avais pas de la musique dessus et si je ne voudrais pas faire DJ un moment. Euh, oui, attendez, laissez-moi le temps d’enfiler un slip et je vous ouvre.

Alors oui, euh c’est-à-dire que je suis plutôt nul comme DJ en fait, je ne l’ai jamais fait avec mon portable, mais chaque fois que je l'ai fait avec des disques, ça a toujours tourné à la catastrophe, comme cette fois Point Éphémère où je me suis fait prendre à partie par une clubbeuse enragée… mais ça ne l’intéresse pas trop mon histoire. Moutarde me dit qu’elle commençait à s’endormir devant Arrested Development de toute façon, alors que si je veux y aller, je n’ai qu’à y aller. Bon, le temps de prendre le câble d’alimentation et on y va. Et un Y ! Est-ce qu’il a un Y ! Il me faut un câble en Y pour raccorder l’ordinateur à l’ampli. Boubak monte sur le bar pour faire un appel au peuple : voilà, est-ce que quelqu'un voudrait bien prêter un Y ? Pas un film X, mais un câble en forme de Y. Celui avec lequel on raccorde un discman à une chaîne hi-fi par exemple.

Heureusement, le directeur du village (celui qui a fait le discours de bienvenue habillé en costume traditionnel catalan) en a trouvé un dans un tiroir de son bureau. La soirée est sauvée ! En avant la musique ! Sauvée ? Mais qu’est-ce que j’ai dans mon ordinateur qui va les faire danser, ces vacanciers qui se sont chauffés à l’apéro chanson de 19h00 avant de s’enfiler leur pichet de rosé à table ? Dans la précipitation, je n’ai pas vraiment eu le temps d’expliquer que je n’ai pas vraiment Rihanna et David Guetta sur mon disque dur. Non, pas vraiment. Pour ne rien vous cacher, ce serait plutôt Rilo Kiley et David Karsten Daniels. Je parcours vite ma bibliothèque Itunes pour voir comment je vais m’en sortir. Je m’accorde 6:03 pour réfléchir : le temps de « Wanna Be Starting Something ». Quelle bonne idée j’ai eu d’emmener Thriller avec moi, même si c’est l’édition spéciale avec toutes les interviews à la fin. J’enchaîne avec « Buddy » de De La Soul (mais j’ai un peu abusé, c'est la version longue, les gens s‘impatientent, vite j‘enchaîne), un James Brown des familles («I Feel Good»), et puis Everything but the Girl (« Miss You »remixé par Todd Terry), Curtis Mayfield («Move On Up»), Al Green («Here I Am», merde, le tempo est un peu trop lent). Pour l’instant, je ne m’en tire pas trop mal, même si j’entends des mauvaises langues du côté du bar (« Il a vraiment un son pourri avec son labtop », « Ouais, puis t'as entendu les enchaînements, nul le mec »).

J’avale un Coca light offert par la maison avant de passer à une seconde sélection : « The Beat » de Simian Disco Mobile (j’aimerai bien enchaîner sur « My Time » de Ann Steel, mais j’ai trop peur de me prendre une veste, ce qui serait quand même un comble vu que je suis torse nu), « Come On Eileen » des Dexys Midnight Runners (y‘a des gamins qui n‘ont jamais entendu ça, dingue), « Nouvelle Vague » par Stereototal, « We Can Work It Out » par Stevie Wonder, « Dancing in the Stress »par Martha Reeves & The Vandellas… Je tenterai bien Superpitcher, Zoot Woman et The Blow, , mais je ne suis pas au Pop'In, alors je mise sur de la valeur sûre : « Beat It » (gros succès), « If I Ever Feel Better », « I’m a Man »… malheureusement, c’est en plein milieu du Spencer Davis Group que l’ordinateur choisit de me lâcher.

Je ne sais absolument pas ce qui s’est passé, sauf qu’il est en train de s’éteindre et que je commence à me faire huer. C’est sur le gros plan du visage de Boubak affolé que je me réveille, en sueur. Je consulte ma playlist Itunes, fébrile : je n'ai même pas passé Les Rubettes, Popcorn et la bombe eurodance qui est sur le dernier Ween (« Friends). Même dans mes rêves, je suis un DJ à lyncher.

Posté par philippe dumez à 18:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur La grande vadrouille (Slight return)

    tu fais quoi le 5 septembre ?

    Tu viendrais pas jouer ta playlist perpignanaise
    pour de vrai, au Truskel mercredi 5 septembre pour la Fuck
    the cool de rentrée ? Allez !

    Posté par marcassin, 18 août 2007 à 16:24 | | Répondre
Nouveau commentaire