12 juin 2007

Alice, Charlotte et Bastien

Depuis que le règne sans partage des albums cartonnés couleur de 44 pages a été remis en question par les indépendants, les éditeurs traditionnels ont tous tenté de s'engouffrer dans la brèche. Fort du succès éditorial de la collection Ecritures (qui a publié en français Jirô Taniguchi, Chester Brown ou Craig Thompson), Casterman renouvelle l'expérience en lançant une nouvelle série de fascicules en couleur au format comics sous l'appelation KSTR. La ligne rédactionnelle est malheureusement assez floue (« La bd qui a du son » ? « La bande dessinée qui vous ressemble » ? On dirait du Séguéla millésimé 80...), et sur les deux volumes que j'ai acheté, Regards Croisés, de Gilles Aris et Thomas Cadène, m'a déçu. Il faut dire que je l'ai lu juste après ELLE(s), de Bastien Vivès et qu'il avait du mal à s'aligner.

bastien2

ELLE(s) n'a pourtant rien d'engageant : la couverture est un peu racolleuse, la maquette vilaine (mais qui a eu l'idée de cette typo rose ?) et la bio de l'auteur inutile (pourquoi mentionner qu'il aime le foot, Cabrel et la dance-music alors qu'il aurait été autrement plus intéressant de préciser qu'il est diplomé des Gobelins, ce qui explique son sens inné du mouvement, et qu'il est également bloggeur sous le nom de Bastien Chanmax). Mais tous ces griefs s'effacent face à la puissance de son dessin et sa maitrise de la mise en page, surtout quand on finit par apprendre que l'auteur n'a que... 23 ans !

bastien1

Bastien Vivès fait partie de cette génération qui s'est affranchie des méthodes traditionnelles comme la plume et le pinceau pour travailler au crayon et rehausser ensuite ses pages de couleurs réalisées à la palette graphique. L'ambiance rappelle la série Goudart de Gibrat et Berroyer ou les premiers Baru, aussi parce qu'il est question d'adolescence et de jeux amoureux, ici traités de façon très moderne. Bastien tient son lecteur tout au long des 100 pages, le soumet au charme juvénile de ses héroïnes et le laisse sous la pluie inventer la fin qui lui convient. ELLE(s) est un premier album qui dépasse déjà le stade des promesses; il risque cependant d'avoir du mal à trouver son public au milieu d'une collection qui ressemble déja à un fourre-tout. Raison de plus pour le tirer du lot.

Posté par philippe dumez à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Alice, Charlotte et Bastien

Nouveau commentaire