06 juin 2007

Pleins de vin

giamatti0321_bigChaque fois que Damien vient déjeuner, j'en profite pour lui rendre les films qu'il m'a prêtés et que parfois je n'ai pas pris le temps de regarder. Voire que j'ai totalement oubliés. Comme Sideways, dont je retrouve la cassette comme si c'était la première fois que je la voyais. Elle comporte juste un post-it faisant mention du réalisateur (Alexander Payne), de la date de sortie (2005) et de la durée (124 min) et je n'ai pas la moindre idée que ça peut être. Je demande à Damien si je peux la garder encore un peu et je la pose sur le magnétoscope pour ne pas l'enterrer une seconde fois.

Le soir venu, avec un mélange de culpabilité et de curiosité, j'appuie sur la touche play. Sideways est un road-movie qui rappelle plus Thelma & Louise que Le Canardeur. Un comédien raté (Thomas Haden Church, excellent) part enterrer sa vie de garçon avec son meilleur pote, lui-même écrivain frustré (Paul Giamatti, l'inoubliable Harvey Pekar d'American Splendor). Ils suivent la route des vins américains, dorment dans des motels, font des écarts de conduite et mettent à l'épreuve leur amitié. Les deux heures passent en un instant : celui de rentrer, à l'heure des bilans. Celui qui prend du Xanax n'est pas forcément le plus torturé. Celui qui est sur le point de se marier n'est peut-être plus si sûr de lui. Pourtant difficile de ne pas se prendre de tendresse pour ces deux perdants magnifiques, pleins de vie comme ceux de Fante, qui fonctionnent selon un rapport dominant/dominé irréversible.

Je n'attendais rien de Sideways, en tout cas pas à passer la soirée sur les routes ensoleillées de Californie, à regarder dans le fond des yeux la jolie Virginia Madsen (que je n'avais pas revu depuis Dune, c'est dire). Il ne faut pas que j'oublie d'enterrer les fims que Damien vient de m'apporter : ils ne me feront que plus de profit lorsque je les exhumerai dans 6 mois.

Posté par philippe dumez à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Pleins de vin

Nouveau commentaire